Sciences po : Louis Vogel retire sa candidature

Olivier Monod
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Louis Vogel - ancien président de l'université Paris 2 Assas et de la CPU - mars 2012 - ©C.Stromboni
Louis Vogel - ancien président de l'université Paris 2 Assas et de la CPU - mars 2012 - ©C.Stromboni
Louis Vogel retire sa candidature au poste de directeur de Sciences po. L'ancien président de la CPU, pourtant l'un des trois finalistes, ne souhaite pas "cautionner une orientation contraire à [ses] convictions".

Nouveau coup de tonnerre à Sciences po. La procédure de choix du nouveau directeur de l'établissement est remise en cause par un candidat toujours en lice. Louis Vogel retire sa candidature. L'ancien président de l'université Panthéon-Assas estime que les 4 critères publiés par le comité de recherche cachent autre chose. "Le choix exprimé par le comité de recherche montre que le profil réellement souhaité est autre", écrit-il dans un communiqué, lundi 25 février 2013.

Ce désistement survient au lendemain d'un article du NouvelObs présentant Frédéric Mion comme favori. Dans son communiqué de presse annonçant les 3 finalistes, Sciences po instaurait d'ailleurs une certaine hiérarchie. "[Le comité de recherche] transmettra aux conseils les noms et les dossiers des trois candidats qu’au terme de ces délibérations il a choisi, à savoir : M. Frédéric Mion, à l’unanimité ; et sans ordre de préférence, MM. Louis Vogel et Andrew Wachtel, qui ont été choisis à une large majorité."

"Sciences po a affirmé au départ que le profil recherché était celui d'un universitaire. C'est pour cela que j'ai déposé mon dossier. En plaçant en tête un haut-fonctionnaire, devant deux universitaires, cela signifie que ce n'est pas le cas, et ma candidature n'a plus de raison d'être", estime l'ancien président d'Assas, qui regrette que l'institut parisien ne suive pas l'exemple des grandes universités internationales, avec des universitaires à leurs têtes.

"La France va-t-elle continuer à considérer qu'il suffit de réussir un concours [ENS, ENA pour Frédéric Mion] pour avoir accès à tous les types d'emplois de direction, au lieu de valoriser le parcours et l'expérience ?", interroge le juriste.

La semaine dernière, François Héran, recalé avant les auditions, demandait déjà les motivations précises ayant conduit à son éviction.

Sur 32 candidats, le comité de recherche a évincé, entre autres, Jean Pisani-Ferry, Christine Musselin, Hervé Crès, François Héran, David Colon, Jean-Michel Blanquer pour conserver Frédéric Mion, Louis Vogel et Andrew Wachtel.

La nouvelle procédure de recrutement mise en place par Jean Gaeremynck et Jean-Claude Casanova n'a donc pas apporté la sérénité espérée par le gouvernement.

Christine Musselin ne veut pas être repêchée
Suite au retrait de Louis Vogel, Sciences po va convoquer une réunion du comité de recherche avant le 28 février pour repêcher certains candidats de la short-list. Christine Musselin a d'ores et déjà annoncé qu'elle ne représenterait pas sa candidature. Les élus étudiants demandent à ce que le conseil de direction ait accès à l'ensemble des 32 dossiers d'origine.

Les candidats seront auditionnés par le conseil de direction de l'IEP jeudi 28 février. Le conseil d'administration de la FNSP et le conseil de direction se réuniront vendredi 1er mars pour procéder au vote.

Olivier Monod | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
BUNI111.

Tout à fait d'accord avec Louis Vogel . Ce n'est pas tant l'ENA qui pose problème car elle produit d'excellents profils qui font que nous avons ,malgré tout ce que l'on peut dire ,une des administrations les plus effcicaces au monde .C'est la confiscation par une certaine caste d'énarques(qui n'en constituent de loin pas la majorité) de l'ensemble des leviers économiques et politiques grâce à un subtile mélange de traditions et de réseau . A titre d'exemple ils représentent numériquement une partie infime de la population , proportionnellement ils ne devraient pas avoir plus d'un député qui les représente , en réalité ils en ont plusieurs dizaines. Ceci dit, ce sont les français en votant pour eux malgré leur pédigré qui cautionnent le système.