TICE : Lyon 1 expérimente un système de QCM interactif par mobile

Philippine Arnal
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le service TICE de l’université Lyon 1 développe avec une société privée une solution interactive de QCM à l’échelle d’un amphi. Un outil particulièrement adapté à la « génération Y ».

À la demande des enseignants, le service TICE de l’université Claude-Bernard , aidé de la société Embédia , a développé une solution interactive de « questionnaire à choix multiples » à partir des téléphones portables des étudiants, le « bQUIZ ». Avec un taux d’équipement des étudiants de 98 % , le mobile a été choisi comme « support de cet outil pédagogique pour remplacer le papier et les boîtiers de vote, difficiles à gérer au-delà de 40 étudiants », explique Christophe Batier, responsable TICE.

Face à la dégringolade du temps d’attention des étudiants (entre 7 et 15 minutes*), bQuiz permettra aux enseignants de sonder plus facilement leur niveau de compréhension, mais aussi de « booster » le cours en captant régulièrement leur attention.

3G, wifi et Bluetooth en amphi

Le principe du bQUIZ est simple : à une question posée en cours, chaque étudiant répond via son téléphone portable. Reçu sur Spiral , la plate-forme interne de l’université, son numéro de téléphone est reconnu et le professeur sait immédiatement, sur son ordinateur, qui a répondu et comment.

Le test, réussi en février 2010 sur 60 étudiants de première année de médecine, a cependant révélé que la connexion Bluetooth, limitée à vingt mètres, était insuffisante pour couvrir un amphi. Une solution multicanaux, par wifi, 3G et Bluetooth, est donc désormais en cours de développement. « L’objectif est de trouver un algorithme qui permette à Spiral de gérer simultanément jusqu’à 800 connexions », résume Christophe Batier.

L’université Lyon 1 a investi 120.000 € dans ce projet et deux développeurs y travaillent chez Embédia. Les prochains tests sont programmés de mars à mai 2011 pour une application réelle à la rentrée 2011. BQUIZ a ensuite vocation à être commercialisé. L’université, codéveloppeur, touchera un pourcentage sur les ventes.


* Enquête McKeachie & Svinicki, 2006.


Philippine Arnal | Publié le