Newsletter

A Nantes, une école de chirurgie pour se faire la main

Virginie Bertereau
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le laboratoire experimental de simulation de medecine intensive de l'universite de Nantes fait partie de la nouvelle école de chirurgie
Le laboratoire experimental de simulation de medecine intensive de l'universite de Nantes fait partie de la nouvelle école de chirurgie // ©  Jean Claude MOSCHETTI/REA

Les centres de simulation en santé fleurissent partout en France. Fin 2014, l’université de Nantes a ainsi ouvert l’École de chirurgie du Grand Ouest. Destiné notamment aux internes, l’établissement permet de s’entraîner sur des simulateurs, des animaux et des cadavres humains avant de traiter des patients en chair et en os.

"Errare humanum est." Si l'erreur humaine a parfois peu de conséquences, en médecine, elle peut être fatale... Pour permettre aux internes de perfectionner leur pratique avant de s'occuper de vrais patients, l'École de chirurgie du Grand Ouest a ouvert en octobre 2014. "Elle rassemble trois entités qui existaient auparavant : le laboratoire d'anatomie, le laboratoire des grands animaux et le laboratoire de simulation", explique le docteur Jérôme Rigaud, responsable de l'école. Il s'agit donc du fruit d'une association entre la faculté de médecine de l'université de Nantes, le CHU (centre hospitalo-universitaire) et l'Inserm.

L'établissement – appelé École de chirurgie et de pratiques interventionnelles de Nantes – répond à une demande de l'Académie de chirurgie. En mars 2014, celle-ci soulignait la nécessité de créer des centres de formation pratique pour appliquer la devise "Jamais la première fois sur le patient", qui concluait le rapport de la Haute Autorité de santé de 2012.

Cadavres, mannequins et cochons sur la table d'opération

L'école, intégrée à la faculté de médecine, est surtout destinée aux internes de diverses spécialités (chirurgie, gastro-entérologie, urologie, anesthésie-réanimation, etc.). Il est également prévu d'accueillir des étudiants paramédicaux et des professionnels de santé en formation continue. Les sessions de formation sont pour le moment facultatives. L'apprentissage s'effectue sur des cadavres humains, des cochons vivants et des simulateurs informatiques, des simulateurs de consultation ou des mannequins. "Le programme de formation est établi en fonction de l'avancée des études. On commence par les simulateurs pour aller progressivement vers les cadavres", précise Jérôme Rigaud.

L'École de chirurgie du Grand Ouest est unique dans la région. Il existe certes d'autres centres de simulation en santé, très performants (notamment celui d'Angers), mais les étudiants n'y sont pas formés à opérer et ils ne travaillent que sur simulateurs. "On compte trois grands centres de ce type en France : un à Paris, un à Nancy et un, privé, à Strasbourg", indique Jérôme Rigaud.

Avantages pour l'école du Grand Ouest : le projet bénéficie d'une reconnaissance universitaire et son affiliation à l'Inserm permet de faire de la recherche. Il est financé par l'université de Nantes, des laboratoires pharmaceutiques et des fournisseurs de matériel, la Région, le ministère et du mécénat. Une session de formation d'une demi-journée pour quatre internes revient à environ 2.000 €. Un simulateur coûte de 50.000 à 60.000 € environ. Un investissement à rentabiliser.


Virginie Bertereau | Publié le

Vos commentaires (5)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Taker Benoit.

Bonjour, je trouve votre projet formidable et je tiens tout particulièrement à saluer la personne qui incarne ce grand projet, le professeur J Rigaud. Il faut des personnalités motrices, des gens capable de faire don d'eux même pour faire avancer notre médecine. Les anciennes générations de médecins doivent s'impliquer dans les nouvelles! je voudrai moi aussi faire don de mon cadavre à l'école ma femme l'ayant déjà fait cela me motive!

Lamotte Janine.

Bonjour, demeurant dans le Morbihan, j'aimerais savoir si je peux faire don de mon cadavre à l'école de chirurgie de Nantes ou ailleurs ? Peut-être les besoins des étudiants se font plus sentir dans une autre région de France. Merci de me répondre. Cordialement.

EducPros.

Bonjour Janine, le plus simple est de vous renseigner directement auprès de l'institut nantais. Nous n'avons pas les connaissances pour vous répondre. Bonne journée.

Jumel josette.

Nouvelle Nantaise je voudrais savoir si le dossier de don constitué Paris est toujours valable sinon qu'elles démarches entreprendre. Merci

EducPros.

Bonjour josette, le plus simple est de vous renseigner directement auprès de l'institut nantais. Nous n'avons pas les connaissances pour vous répondre. Bonne journée.

Godreau Michèle.

Bonjour J'aimerai savoir si je peux faire donc de mon corps à votre école de chirurgie et quelles en sont les modalités . Je vous en remercie . Cordialement M. Godreau

Ducruix Arnaud.

Je suppose que la plume du journaliste a fourché et que par "cadavres humains", il entendait "sujets anatomiques" ce qui me paraît plus respectueux pour les personnes qui ont fait don de leur corps à la science.

Carabin.

Non non, sa plume n'a pas fourché, il s'agit bien de cadavres humains. "Les bien pensants on cru bon régler le problème des mots crus en appelant un chat "un chien". Nous avons un profond respect pour ces personnes qui ont donné leur corps à la science, mais il faut concevoir qu'à partir du moment où ils ne sont plus habités par la vie, ils deviennent des cadavres, peu importe comment vous les appelez.. j'en ai un peu marre de ces petites manières qui ne mènent à rien qui vaille à part se mentir à soi même.. mais j'imagine que les aveugles se sentent mieux depuis qu'ils ne sont que "mal voyants"...