Médecine : Xavier Bertrand augmente massivement le numerus clausus, comme en 2006


Publié le
Envoyer cet article à un ami

Jeudi 8 décembre 2011, Xavier Bertrand, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, a annoncé que le numerus clausus (le nombre d’élèves admis en deuxième année de médecine) serait porté à 8000 en 2012. Depuis 2009, le compteur était bloqué à 7400. 100 places devraient être allouées aux étudiants passés par la PACES (première année commune des études de santé), les 500 autres devraient être accordées aux étudiants d'autres filières (notamment les élèves ingénieurs) autorisés à se réorienter en médecine.

+ 800 places en 2006

Une augmentation qui rappelle celle de 2006, avant la dernière élection présidentielle. Xavier Bertrand, déjà ministre de la Santé, avait alors relevé le numerus clausus de 6200 à 7000 places, puis à 7100 en 2007. Son argument était le même que celui d’aujourd’hui : il faut remédier à la pénurie de médecins dans certains territoires, désertés. "Cette hausse ne règle pas toutes les questions de démographie médicale, j'en ai bien conscience, mais c'est un élément clé d'une stratégie globale", a déclaré Xavier Bertrand au Quotidien du Médecin du 8 décembre 2011. Cette question sera évoquée "de façon plus large" dans les semaines qui viennent avec l'ensemble des professionnels de santé.

Appel d’air

En 2011, comme en 2006, cette prévision d’augmentation a suscité des inquiétudes chez les doyens d’universités de médecine et les organisations d’étudiants. Où trouver les terrains de stage suffisants ? Comment gérer l’appel d’air sur le nombre d’inscriptions en PACES qui risque de se produire ? Que faire des étudiants qui ne seront pas admis, le fameux « gâchis humain » ? À la rentrée 2006, suite à l’annonce de la hausse du numerus clausus, les effectifs en P1 avaient explosé : plus de 46 600 étudiants s’étaient inscrits (+ de 10 % en un an). Depuis l’attrait pour médecine s’est toujours amplifié. Ce qui, derrière une impression d’ouverture, ne rend pas la première année de médecine plus facile.


| Publié le