Newsletter

Michel Deneken, nouveau président de l'université de Strasbourg

Morgane Taquet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université de Strasbourg © Bernard Braesch
Le président par intérim a recueilli 26 voix, contre 9 pour l'autre candidate, Hélène Michel, et une abstention. // ©  Bernard Braesch
L'université de Strasbourg a un nouveau président : Michel Deneken a été élu le 13 décembre 2016. Professeur de théologie et prêtre, il succède à Alain Beretz à la tête de l'établissement.

De président par intérim à président. Mardi 13 décembre 2016, Michel Deneken a été élu à la tête de l'université de Strasbourg. Il a recueilli 26 voix, contre 9 pour l'autre candidate, Hélène Michel (et une abstention).

Vice-président de l'établissement depuis 2009, Michel Deneken assurait l'intérim de la présidence, après le départ d'Alain Beretz en septembre 2016, nommé DGRI (directeur général de la recherche et de l'innovation).

Durant toute la durée de la campagne, son statut de prêtre aura marqué les débats, alimentés notamment par les syndicats. Alors que le Snesup-FSU Alsace voit en cette élection "une entorse supplémentaire au principe républicain de la neutralité des services publics", sur sa page Facebook, l'Unef Strasbourg estime que "la prêtrise de Michel Deneken est un problème en soi, qui soulève un certain nombre de questions. Il ne s'agit pas de parler de ses convictions personnelles, mais de son allégeance et par-dessus tout de l'image que cela renvoie", pointe l'association étudiante.

une candidature qui a fait débat

Des critiques que le principal intéressé, professeur et doyen de la faculté de théologie de 2001 à 2009, balaie d'un revers de main. "Je crois avoir été élu non pas parce que je suis prêtre, mais pour mes compétences. C'est en tout cas ce que confirment les électeurs."

Et Michel Deneken de rappeler : "Les juristes ont répondu à travers divers médias en disant qu'il n'y a, dans le droit français, aucune incompatibilité à occuper cette fonction de président pour un prêtre, et qu'aucune fonction de l'État n'est d'ailleurs interdite à un ecclésiastique, pas même celle de président de la République !"

un programme dans la continuité

Désormais, le nouveau président va s'atteler à son programme. Un programme construit dans la continuité de celui de son prédécesseur, qui proposera "un casting renouvelé, féminisé et rajeuni", précise tout de même Michel Deneken.

Les prochains chantiers concerneront la mise en œuvre d'une plus grande liberté d'initiative laissée aux composantes, la mise en place définitive de l'Idex, la construction d'une collaboration universitaire complémentaire au sein de la nouvelle région alsacienne et le lancement de chantiers immobiliers (rénovation de la faculté de droit, nouvelle BU notamment). Les carrières des personnels, et la poursuite de la politique de formation pédagogique innovante, dont la mise en œuvre du contrôle continu intégral, seront également au cœur de l'action du nouveau président.

Prochaine étape, le 17 janvier 2017 : l'équipe des vice-présidents sera soumise au vote du congrès qui réunit les membres des trois conseils centraux. Catherine Florentz, professeur de biochimie et de biologie moléculaire, devrait prendre le poste de première vice-présidente et vice-présidente pour la recherche et la formation doctorale, une fonction qu'elle occupe depuis 2013.

Aller plus loin :- Lire la biographie EducPros de Michel Deneken 

Morgane Taquet | Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Questionnements.

Un prêtre qui officie encore, un imam, un rabbin, un moine bouddhiste pourraient très bien être présidents d'universités sans qu'il n'y ait au-cu-ne réaction de personne bien évidemment. Comment peut-on avoir des croyances aussi fortes et être capable de faire les meilleurs choix de gestion et de développement de l'enseignement et de la recherche sans les lier à ses propres convictions ?

MartinLuther.

UNEF et FSU officines bolchéviques et ignares. L'Alsace salarient les ministres des cultes et les religions sont enseignées au primaire et au collège https://fr.wikipedia.org/wiki/Concordat_en_Alsace-Moselle

Frida.

La christianophobie de l'UNEF et du SNESup-FSU. Et après ces andouilles qui nous disent qui ne font pas de politiques iront se prosterner devant un sac de ciment à La Havane !

Nassour abdraman.

Bonjour,je suis étudiant à l'université de yaounde la capitale du Cameroun.je voudrai suivre mes études en France.comment je veux faire pour être candidat ?