Newsletter

Mooc inversés, app pour parents hélicoptères : l'innovation made in USA

De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'innovation made in USA
L'innovation made in USA

REVUE DE PRESSE - ÉTATS-UNIS. Au sommaire : quand les étudiants font eux-mêmes leurs Mooc, une app qui prévient les parents des étudiants qui sèchent leurs cours, et le passage de portails d'université à l'ère du mobile.

Les portails universitaires migrent vers le mobile

Consulter ses e-mails universitaires, gérer son emploi du temps, ses dates d'examen, faire une demande de chambre sur le campus... Cela fait longtemps que les universités américaines ont mis en place des portails intranet pour faciliter les démarches de leurs étudiants. Aujourd'hui, ces interfaces passent sur le mobile. L'université du Maryland vient d'annoncer le lancement d'un portail d'applications pour ses élèves, en partenariat avec rSmart, une start-up spécialisée dans ce domaine. Désormais, les 37.000 étudiants de l'université peuvent avoir accès, sur des applications dédiées, à tous les services proposés sur le portail intranet : s'inscrire à un cours, consulter le plan du campus, connaître les heures d'ouverture de tel ou tel bureau ou ceux des cours donnés au gymnase… Au total, 130 types de services sont rassemblés dans ce portail d'applications, baptisé One UMD.

À lire sur Education Dive

Class120, l’app des parents hélicoptères

Comment éviter que des étudiants sèchent les cours ? Prévenez leurs parents. Telle est l'idée de Class120, une application lancée fin 2014 par la start-up de Jeff Whorley à Indianapolis. Le dirigeant estime qu'il atteindra 5.000 utilisateurs fin 2015. Class120 utilise le GPS, ainsi que les plans des universités. L'étudiant doit au préalable entrer son emploi du temps sur l'application. Celle-ci repère s'il est effectivement dans la salle où il devrait se trouver et, le cas échéant, envoie un SMS à ses parents. Les responsables de l'administration peuvent aussi recevoir une notification. Cette solution, qui ne développe pas le sens de la responsabilité des étudiants, instaure une relation de méfiance, selon l'auteur de l'article de l'"Observer". Et pose de nombreuses questions quant au respect de la vie privée.

À lire sur l'Observer

vers Des MOOC inversés

La fonction des Mooc est de diffuser du savoir. Que se passerait-il si des étudiants se réunissaient pour créer leur propre Mooc, et que cette création soit le véritable processus d'apprentissage ? Davidson College, une université de Caroline du Nord, s'est associée à OpenIdeo, une plateforme qui organise divers challenges sur des sujets relatifs au développement, pour créer un Mooc "inversé" sur le thème de la pauvreté et de la petite enfance. L'enseignante qui supervisait ce Mooc raconte cette expérience, qui a duré dix semaines : les interviews que les étudiant ont menées avec divers spécialistes, la façon dont ils ont construit leurs séquences, utilisé leur créativité... D'autres groupes, partout dans le monde, participaient simultanément au projet. "Dans notre monde globalisé, la communauté qui construit un objet d'étude sera sans doute aussi, voire plus, importante que la dissémination d'informations sur cet objet lui-même", écrit l'auteur de l'article. Pour elle, les Mooc peuvent être un outil au service de la démocratie s'ils favorisent la participation de chacun à leur création.

À lire sur Inside Higher Ed


De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires