Newsletter

Priorité Jeunesse : Najat Vallaud-Belkacem face à l'Unef

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche // ©  Hamilton / R.E.A

La ministre de l’Éducation nationale s’est déplacée à Nantes pour le congrès de l’Unef, le 9 avril 2015. L’occasion pour Najat Vallaud-Belkacem d'assurer aux étudiants que la priorité "Jeunesse" du gouvernement reste tenue, tandis que le portefeuille de l’enseignement supérieur est vacant et que les tensions budgétaires sont toujours vives.

"Je n’interviens pas ici par habitude et encore moins par obligation. Je le fais pour marquer, par ma présence, la considération du gouvernement à l’égard de la jeunesse." Najat Vallaud-Belkacem s’est exprimée au congrès de l’Unef, le 9 avril 2015. La ministre de l’Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a défendu la priorité "Jeunesse" du président de la République. Cette promesse n’est pas un simple "slogan de campagne", a-t-elle assuré, au moment où le portefeuille de l’Enseignement supérieur et de la Recherche reste inoccupé, suite au départ de Geneviève Fioraso, début mars.

La ministre a rappelé l’ensemble des mesures en cours pour la réussite des étudiants en premier cycle : augmentation des bourses, simplification des intitulés, spécialisation progressive en licence, quotas de bacheliers professionnels et technologiques en BTS et DUT… Elle a également évoqué la réflexion sur la création d’une filière universitaire pour les bacheliers professionnels, qui ne sera pas "une nouvelle voie de relégation mais bien un tremplin", a-t-elle soutenu.

Budget : Une ponction "ponctuelle" et d'un montant "limité"

Sur les moyens des universités au cœur des tensions actuelles, Najat Vallaud-Belkacem n’a pas dévié. La priorité budgétaire à l’enseignement supérieur est respectée, a-t-elle affirmé, assurant que "300 millions d’euros supplémentaires" y avaient été affectés depuis 2012 et que la "création" de 1.000 postes par an serait poursuivie. 

"Je me suis battue et j’ai obtenu gain de cause pour que la mobilisation des fonds de roulement soit ponctuelle, d’un montant très limité, et surtout pour que cette somme soit redéployée au bénéfice de tous les établissements d’enseignement supérieur. Il ne s’agit donc pas d’une économie sur le dos des universités pour combler le déficit de l’État, ni d’une remise en cause de leur capacité à investir", a-t-elle avancé.

Un "gain" que les universités et les écoles d’ingénieurs publiques devraient avoir du mal à percevoir : ces dernières expriment depuis plusieurs semaines leur colère d’être ainsi ponctionnées, tandis que l’enveloppe 2015 pour l’enseignement supérieur et la recherche… est en très légère baisse.

la sélection, non !

La ministre a partagé sa position sur un autre sujet sensible : la sélection à l’université, allant dans le même sens que le syndicat étudiant. "Je défendrai le libre accès de tous les bacheliers à l’enseignement supérieur et je m’opposerai à l’introduction de toute barrière sélective à l’entrée de l’université", a-t-elle avancé.

Côté master également, elle s’est affichée contre toute sélection, bien que celle-ci se pratique actuellement à l’entrée d’un certain nombre de masters 2. L’éclaircissement juridique demandé par les présidents d’université, qui souhaitent maintenir la sélection en master, n’est donc pas à l’ordre du jour.

Rompre avec la politique de concurrence

Enfin, Najat Vallaud-Belkacem a taclé en quelques mots le gouvernement précédent, faisant valoir la nécessité de rompre avec les "dogmes du passé". "La concurrence entre les universités et la concentration des moyens sur quelques établissements d’excellence, c’est une voie sans issue. […] Notre politique n’a pas pour objectif de tirer quelques établissements du lot, mais bien de les emmener tous vers l’excellence", a-t-elle promis. Un discours qui résonne étrangement, tandis qu'une nouvelle saison de compétition pour les investissements d’avenir, qui ont pour seul critère l’excellence, bat son plein.

Lire la réaction du président de l'Unef, William Martinet :  "La jeunesse est rétrogradée dans les priorités du gouvernement"

Une concertation sur la vie étudiante
Najat Vallaud-Belkacem a annoncé l’ouverture d’une concertation pour "élaborer un plan de vie étudiante". Avec quatre axes : la simplification des démarches des étudiants pour les bourses et le logement, l'amélioration des conditions de vie et de réussite, la santé et la vie de campus.

Lire le discours de Najat Vallaud-Belkacem

Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires