Novetude Santé, fils du fonds Octant

Sophie Blitman
Publié le
Envoyer cet article à un ami
La nouvelle liste des écoles d'ostéopathie agréées est parue au JO du 9 juillet 2015
Les écoles d'ostéopathie sont une des formations phare du groupe Novétude Santé. // ©Lydie Lecarpentier/REA // ©  Lydie Lecarpentier / R.E.A
Créé il y a cinq ans par le fonds d’investissement français Octant Partenaires, Novetude est devenu le principal groupe d’enseignement supérieur privé dans le domaine de la santé. Si la logique assumée est d’abord celle de la rentabilité, elle est aussi peu à peu guidée par la volonté de faire émerger une véritable marque. Nouveau volet de notre série d'été sur l'enseignement supérieur privé.

C'est l'histoire d'une holding qui décide, fin 2009, d'investir dans des formations d'enseignement supérieur rémunératrices, dans le domaine de la santé. Fondé par Robert Zolade, Octant Partenaires gère le groupe Novetude Santé qu'il constitue essentiellement par croissance externe.

En cinq ans, le fonds rachète diverses écoles d'ostéopathie (les écoles du COS, le Collège ostéopathique Sutherland), classes préparatoires et BTS, rassemblant aujourd'hui 12.000 étudiants dans 18 formations et affichant un chiffre d'affaires de 37 millions d'euros.

Derrière les écoles, une logique de groupe

Une stratégie d'abord financière : si les services administratifs transversaux (une vingtaine de personnes) sont mutualisés, il ne s'agit pas d'imposer un modèle pédagogique global, même si des échanges de bonnes pratiques ont régulièrement lieu. La ligne de conduite consiste à "conserver la spécificité de chaque école", insiste-t-on à Novetude, qui n'entend pas s'incarner dans une voix personnelle. Et pour cause : les managers se succèdent à la tête du groupe dont Olivier Missoffe, operating partner d'Octant, est aujourd'hui directeur général.

Néanmoins, les écoles d'ostéopathie ont été restructurées au dernier trimestre 2014 pour former le réseau Franc'Ostéo. Dirigé par Bernard Autet, celui-ci rassemble l'EO Paris (École d'ostéopathie, née de la fusion du Cos Paris et d'Ipeo), ITO Toulouse-Bordeaux (Cos Aquitaine et ITO Toulouse), CosS Atlantique à Nantes, Cos Strasbourg Europe et Cop Aix-Marseille (Cop Marseille et InSO Aix-en-Provence).

Des ponts entre les filières

Rassemblant des domaines de formation connexes, Novetude s'attache par ailleurs à mettre en place des passerelles pour les étudiants : ceux qui échouent dans une filière se voient proposer un autre parcours au sein du groupe. À plus long terme, l'objectif est aussi de "créer un réseau social de professionnels dans le secteur de la santé", une communauté propice aux échanges et rencontres qui pourrait donner lieu à l'installation d'infirmiers et de médecins dans un même cabinet.

Soucieux par ailleurs de développer la formation continue, le groupe entend ainsi s'appuyer sur les étudiants et professionnels pour faire émerger sa marque. Et d'expliquer que celle-ci "doit s'imposer d'elle-même, la communication auprès du grand public sur le nom Novetude viendra plus tard".


Sophie Blitman | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
L'observateur.

Le groupe Novétude n'a que faire de "garder la spécificité de chaque école", les dirigeants sont écartés très vite, les profs priés d'accepter des salaires plus bas, les heures de cours baissées. Les profs sont remplacés par des plus jeunes et moins expérimentés, les écoles fusionnent et sont regroupés sur un même site (il faut alors expliquer la spécificité de ces écoles différentes qui ne font plus qu'une...). Et quand on veut encore augmenter la rentabilité globale on coule une école moins rentable et on provoque une liquidation judiciaire comme ce fut fait à Nancy l'été dernier avec Esol et Supexam (sans état d'âme pour les étudiants et le personnel) et comme ce sera peut être fait bientôt avec COS Nantes qu'ils souhaitent liquider depuis un bon moment. Sans compter qu'ils doivent, au passage, essayer d'obtenir les aides de l'état lors des liquidations pour leurs écoles "en difficulté". Pas si joli cette belle histoire mais fort instructive sur notre monde libéral et sur le marché de l'éducation !