Open University : les secrets du e-learning britannique

De notre correspondante à Londres, Élisabeth Blanchet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Etudiante - Ordinateur Portable
Etudiante - Ordinateur Portable
L'Open University (OU), l'université britannique entièrement à distance, fête ses 40 ans en 2011. De 25 000 étudiants en 1971 à 250 000 aujourd'hui, ses techniques d'enseignement à la pointe de la technologie et son système de tutorat en ont fait l'une des universités les plus appréciées des étudiants britanniques. Gros plan sur les secrets de sa réussite.

« Les méthodes d'enseignement sont très flexibles et s'adaptent aux besoins des étudiants. Chaque matière est enseignée différemment en fonction bien sûr de sa nature, mais aussi du tuteur et des apprenants », explique Sunita, une mère de famille qui, en 2004, a choisi de suivre une formation en psychologie à l'Open University (OU). Depuis le début de ce qu'elle appelle son « voyage », elle ne dit que du bien de l'université et de ses techniques d'enseignement. Et elle n'est pas la seule : pour la cinquième année consécutive, l'enquête du principal syndicat étudiant met l'Open Université dans son peloton de tête pour la qualité de son enseignement.

Le tutorat : l’une des forces de l'OU

Christina Lloyd« L'Open University a débuté avec des supports écrits, puis l'utilisation de la radio, de la télévision, du téléphone, des vidéos, des CD et des DVD et, aujourd'hui, du multimédia via Internet », résume Christina Lloyd, responsable de l'enseignement à l'OU, avant d'ajouter que l'aspect humain, et en premier lieu le tutorat, constitue l’une des clés de son succès. Les tuteurs, dont le nombre varie entre 7.500 et 8.000, sont en effet une des pièces maîtresses de l'édifice.

« Le soutien que nous apportons aux étudiants est un modèle quasi unique. Par exemple, lorsque j'étais tuteur en sciences, j'étais responsable de 16 à 20 apprenants. C'est un très bon rapport étudiants-tuteur si l’on compare avec les autres universités », poursuit-elle. Une fois qu'elle obtenait la liste de son groupe, Christina Lloyd contactait chacun des étudiants par e-mail ou téléphone pour faire connaissance. Elle leur donnait l'opportunité de la rencontrer pour des sessions individuelles ainsi que des tranches horaires quotidiennes pendant lesquelles elle était joignable. Elle encourageait également les élèves à se rencontrer, physiquement ou via Skype. « Enfin, notre système de notation est plus poussé que dans les autres universités. Nous n'hésitons pas à écrire de longs commentaires pour chaque erreur commise et à discuter ensemble, en ligne, des difficultés rencontrées », mentionne-t-elle.

Sunita conforte le point de vue de la tutrice. « Sans le soutien de mes différents tuteurs et des autres apprenants avec lesquels j'étais en contact quasi permanent via emails ou téléphone, je ne serais jamais venue à bout de mes examens. L'Open University n'ayant pas de campus, le tuteur est un peu comme le visage de l'université », conclut cette mère de trois enfants, aujourd'hui enseignante.

L’université séduit un public de plus en plus jeune

Une autre particularité de l'Open University réside dans le fait qu'elle n'a recours à aucun critère de sélection. N'importe qui peut s'inscrire. Des cours et des formations sont spécialement conçus pour mettre à niveau les apprenants qui n'ont pas suivi d'études universitaires ou qui n'ont même pas terminé l'école secondaire. D'ailleurs, la moyenne d'âge des étudiants rajeunit. « Ce n'est pas étonnant vu le contexte actuel. De plus en plus de jeunes bacheliers choisissent de rester chez papa et maman. Ils ont bien souvent un job à temps partiel et l'Open University leur fournit la possibilité d'étudier dans le temps qui leur reste », indique Christina Lloyd.

Un modèle pour les universités traditionnelles ?

Quant à l'avenir de l'institution, il est comme celui de toutes les autres universités britanniques confrontées à une série de coupes budgétaires imminentes. Néanmoins, Christina Lloyd n'est pas inquiète : « Certes, nous devons faire face à un challenge de taille, mais, grâce à la flexibilité de notre infrastructure, nous sommes en mesure de pratiquer des tarifs compétitifs et de dispenser un enseignement toujours à la pointe de la technologie et adapté aux besoins de nos étudiants. »


De notre correspondante à Londres, Élisabeth Blanchet | Publié le