Newsletter

Orientation : S la série superstar

Isabelle Dautresme
Publié le
Envoyer cet article à un ami

INFOGRAPHIE. Si près des trois quarts des élèves de seconde générale et technologique souhaitent rejoindre une première générale, seuls deux tiers y parviennent. Ceux qui optent pour la série S ont le plus de chances de voir leurs vœux exaucés. C’est ce que montre une enquête du ministère de l’Éducation nationale menée auprès d’élèves de seconde (2011 et 2012) sur le déroulement de la procédure d’orientation, publiée le 8 septembre 2014.



Isabelle Dautresme | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Olivier Ridoux.

La vraie bonne question serait de se demander si les élèves ont raison de préférer aussi largement la filière S ? Il faudrait bien sûr creuser la question dans des données complètes, mais de mon petit point de vue d'une université pluridisciplinaire mais pas littéraire, la réponse est évidemment oui. La question suivante est alors pourquoi oui ? Et je crois que la réponse est extrêmement simple : ils ont raison parce que la filière S est la plus complète. Là, mon petit point de vue de père, oncle, ami, me montre des tas d'exemples de jeunes ayant suivi la filière S sans attirance particulière pour les sciences, mais heureux de l'avoir fait pour les compétences que cela leur donnait pour la suite de leurs études. La dernière question est alors faut-il réformer la filière S pour abus de position dominante, reproduction des élites, sélection simpliste dans un monde complexe, escroquerie intellectuelle, et toutes ces sortes de choses qu'on peut entendre ? De toute évidence, non ! Ce sont les autres filières qu'il faut réformer, afin de les rendre plus complète. Par exemple, les enseignants du primaire doivent initier leurs élèves à des questions scientifiques alors qu'ils viennent majoritairement de filières littéraires par désintérêt pour les sciences. C'est devenu un problème très concret que les Académies cherchent à résoudre en redonnant goût aux sciences à ces maîtres post-formation ! N'aurait-il pas été plus simple que leur formation littéraire leur donne le vernis scientifique nécessaire, à l'égal de l'histoire, la géographie, la philosophie et les langues (dont le français) dispensés dans les filières scientifiques ?