Palmarès 2009 du Times Higher Education–QS: la bonne santé des universités européennes et asiatiques


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Palmarès 2009 du Times Higher Education–QS: la bonne santé des universités européennes et asiatiques
Les établissements français d'enseignement supérieur se maintiennent dans le classement 2009 du palmarès international des universités du Times Higher Education-QS . Le premier d’entre eux, l’ENS de Paris demeure à la 28e place, Polytechnique recule de deux places (36 contre 34 en 2008) et Pierre et Marie Curie (UPMC) remonte de 32 places (117 en 2009 contre 149 en 2008). L'ENS Lyon figure au 126ème rang et gagne 14 places.

L’édition 2009 du palmarès international des universités du Times Higher Education-QS , marque la montée en puissance des établissements européens et asiatiques au détriment de leurs homologues américains. Par rapport à l’édition 2008, ces derniers ont perdu huit places dans le top 100, au profit notamment de trois universités européennes et de deux asiatiques. «Globalement cette sixième édition est marquée par une certaine stabilité par rapport aux années précédentes, indique Ben Sowter, responsable de l’enquête pour la société QS (Quacquarelli Symonds). Ceux qui bénéficient des plus belles remontées ont fait beaucoup d’efforts notamment en matière de recherche et de réputation auprès des employeurs. » Le palmarès est établi à partir de six critères : recommandations académiques des pairs, recommandations des employeurs, ratio étudiant par enseignant, nombre de publications de recherche par enseignant, et enfin, pourcentages d’étudiants et d’enseignants étrangers.

Neuf entrées dans le top 200
Neuf nouveaux établissements apparaissent dans le top 200 : université de Bergen (Norvège), de Yonsei (Chine), de Saint-Pétersbourg (Russie), de  Keio et Tsukuba (Japon), de Malaya (Malaisie), de Karlsruhe (Allemagne), de Gothenburg (Suède) et de Twente (Pays-Bas). Peu de changements dans le Top 10 : Harvard reste première, Cambridge prend la seconde place devant Yale et l’University College de Londres fait une belle percée passant de la 7° à la 4° place. Les établissements français se maintiennent, le premier d’entre eux, l’ENS de Paris se maintient à la 28° place, Polytechnique recule de deux places (36° contre 34° en 2008) et Pierre et Marie Curie (UPMC) remonte de 32 places (117 en 2009 contre 149 en 2008). Autre remontée spectaculaire : les établissements Suisses : l’école polytechnique de Zurich décroche la vingtième place (contre 23 en 2008), celle de Lausanne passant de la 50° à la 42° place.

Une nouvelle différenciation des universités
Nouveauté de cette sixième édition du palmarès : l’introduction d’une classification basée sur trois grandes caractéristiques : nombre d’étudiants, offre de formations et importance de la recherche. « Nous avons tenu compte des critiques nous reprochant de comparer des établissements très divers », indique Ben Sowter. Au total, cette typologie comporte 48 catégories d’établissements, de la grosse université (plus de 12 000 étudiants) pluridisciplinaire et médicale avec une très haute activité de recherche (catégorie A1) à la petite université (moins de 5000 étudiants) spécialisée (deux disciplines représentées sur un maximum de 5) et sans activité de recherche (catégorie L4). Parmi les établissements du top 200, 113 appartiennent à  la première catégorie A1 et 23 sont rattachés à la catégorie A2.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires