Podcast et wiFi : 16 millions d'euros pour le volet numérique du plan de relance

Fabienne Guimont
Publié le
Envoyer cet article à un ami
16 millions d’euros seront débloqués pour installer 10 000 bornes wiFi supplémentaires dans les universités et développer les équipements pour podcaster les cours et conférences. Valérie Pécresse a détaillé, le 20 juillet 2009, le volet numérique du plan de relance annoncé en décembre 2008 par Nicolas Sarkozy. Celui-ci consacrait 730 millions d’euros à l’enseignement supérieur et à la recherche pour lutter contre la crise. Sans revenir sur le slogan "100% de documents numérisés pour 100% des étudiants".

« Le rapport Isaac indiquait que les étudiants étaient des digital natives demandeurs de services numériques, pédagogiques et de wiFi. Avec le volet numérique du plan de relance, nous allons pouvoir faire un pas en avant dans la mise en place de l’université numérique », s’est réjouie la ministre.

20 000 bornes wiFi

Les investissements d’équipement en bornes wiFi – 10 millions d’euros - devraient couvrir en Internet sans fil la totalité des universités et plus seulement certains de leurs espaces. Chacune des 10 000 bornes supplémentaires coûtera 1000 euros à installer. « Leur installation permettra de doper les SSII et l’université deviendra un lieu high tech attirant les jeunes entrepreneurs », a estimé Valérie Pécresse.

Des moyens pour le podcast

Au-delà de ce plan de rattrapage pour les universités encore mal équipées en wiFi, les financements débloqués doivent servir à financer des moyens pour enregistrer en audio et vidéo les cours et les conférences des universités afin de les mettre en ligne et de les podcaster. Les universités qui ont présenté des projets en la matière se partageront les 6 millions d’euros dédiés aux équipements en moyens de captation, de traitement et de diffusion des cours et supports de cours.

Seuls 2 % des étudiants peuvent podcaster leurs cours actuellement, comme par exemple à Grenoble 1 , Lyon 2 , Rennes 1 ou Nice, universités pionnières en la matière. L’objectif ministériel est de faire passer cette proportion à 10 % des étudiants d’ici à 2011. En 2009, 100 000 étudiants devraient être concernés et 2000 enseignants formés à l’usage des outils pour enregistrer leurs cours.

Cité en exemple, Lyon 2 doit généraliser à ses 20 amphis les équipements de podcast. Une heure après le cours magistral, le podcast est actuellement en ligne sur le site de l’établissement et les étudiants peuvent le télécharger sur leur iPhone, ordinateur ou autre. Un e-mail leur est envoyé pour les prévenir qu’un nouveau cours est en ligne.

Financement du matériel, pas des personnels

Pour Valérie Pécresse, avec ce plan de 16 millions d’euros « nous allons pouvoir faire un pas en avant dans la mise en place de l’université numérique ». Un petit pas pour la ministre, un grand pas pour les étudiants ? Les universités en tous cas vont devoir mettre les bouchées doubles puisque les crédits doivent être consommés avant la fin de l’année 2009. En outre, le plan de relance ne finance pas de tutorat pédagogique des étudiants pour l’utilisation de ces ressources numériques une fois en ligne.

"Le plan de relance ne finance que des équipements. Pour les dépenses de fonctionnement, c'est aux universités de prendre le relais", indique-t-on dans l'entourage de la ministre. Lionel Collet, le président de Lyon 1 et de la CPU (conférence des présidents d'université) a lui aussi insisté sur "les investissements massifs nécessaires dans la formation des enseignants et personnels".

Les alliés de l'université numérique

« Les podcasts ne doivent pas être vus comme concurrents des cours en présentiel. Ils permettent une gestion individuelle de l’apprentissage », s’est pour sa part réjouie Valérie Pécresse. Les étudiants handicapés, les étudiants étrangers, les étudiants en stage, salariés ou de licence seront les premiers à faire usage de ces cours en ligne. La pandémie annoncée de grippe A pourrait elle aussi apporter de nouveaux usagers des podcasts… Les projets liés au grand emprunt auprès des Français donneront-ils aussi des financements pour l'université de demain ? "On y réfléchit", se borne-t-on à indiquer dans l'entourage de Valérie Pécresse. La suite de l'université numérique au prochain plan...

Comment les étudiants sont connectés ?
Selon le ministère de l’Enseignement supérieur, les étudiants sont 59 % à posséder un ordinateur portable en 2009, contre 8 % en 2004. 85 % des étudiants ont accès à Internet depuis leur domicile ou sur leur lieu d’études. Les 17 universités numériques en région (UNR) permettent à 80 % des étudiants d’avoir accès à un ENT (environnement numérique de travail). D’après le sondage sur l’université numérique de Opinionway* commandé par le ministère, les services pédagogiques en ligne plébiscités par les étudiants sont d’abord des documents écrits téléchargeables (pour 82 % d’entre eux). Le tutorat interactif est cité par la moitié des étudiants interrogés. Les podcasts arrivent en dernier : ils sont cités par un étudiant sur quatre.

* Sondage en ligne auprès de 958 étudiants interrogés entre le 10 et le 15 juillet 2009.


Fabienne Guimont | Publié le