Newsletter

Pourquoi Adecco rachète General assembly 

Hélène Labriet-Gross
Publié le
Envoyer cet article à un ami
General Assembly
D'ici à la fin de l'année, la majorité des revenus de General Assembly proviendra de ces formations en entreprise, qui ne représentaient que 15 % de son activité il y a deux ans. // ©  General Assembly
 REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Adecco vient de s'offrir les services de formation professionnelle au sein des entreprises de General Assembly pour 412,5 millions de dollars.  

Un géant suisse de l'intérim et des ressources humaines qui rachète une école new-yorkaise… Si l'annonce, la semaine dernière, du rachat de General Assembly par Adecco a pu surprendre, elle s'inscrit pourtant logiquement dans sa volonté de se positionner sur la formation en entreprise, comme le rapporte un article de Business Insider.

Cofondé par Brad Hargreaves, Adam Pritzker, Matthew Brimer et Jake Schwartz en 2011, General Assembly offre d'abord un espace de coworking, puis se lance rapidement dans les cours de code, de design et de business. L'école compte désormais vingt antennes, réparties dans six pays, et a formé plus de 50.000 étudiants, principalement en reconversion professionnelle dans des domaines porteurs tels que l'informatique.

Se positionner face à une concurrence féroce

Générant plus de 100 millions de dollars par an, General Assembly a dû affronter une concurrence féroce liée à la multiplication des écoles de code. Le site Recode rappelle que la start-up a alors décidé d'investir dans la formation au sein de grandes entreprises, afin de se démarquer des autres écoles similaires.

Le rachat par Adecco s’inscrit alors une suite logique. Selon le site d'actualités Axios, d'ici à la fin de l'année, la majorité des revenus de General Assembly proviendra de ces formations en entreprise, qui ne représentaient que 15 % de son activité il y a deux ans.

Avec le rachat de General Assembly, Adecco intègre un pôle de formation spécialisé dans des domaines innovants, comme les data ou le marketing digital, qui lui faisaient jusqu'à présent défaut. La firme suisse pourra désormais proposer des plans de reconversion ou des formations aux employés des 100.000 entreprises avec lesquelles elle travaille, ou puiser dans le vivier d'étudiants de General Assembly afin de recruter.

L'article de Business Insider (en anglais)
L'article de Recode (en anglais)
L'article d'Axios (en anglais)


Hélène Labriet-Gross | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires