Newsletter

Première rentrée en Inde pour Centrale Paris

De notre correspondante en Inde, Sarah Collin
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Mahindra École centrale, à Hyderabad. La résidence étudiante ©École centrale Paris
Mahindra École centrale, à Hyderabad. La résidence étudiante ©École centrale Paris

La nouvelle école Mahindra École centrale, fruit d’un partenariat entre Centrale Paris et l’industriel indien Mahindra, se prépare à accueillir plus de 200 étudiants sur son campus d’Hyderabad, dans le sud du pays.

Vingt-sept mille mètres carrés flambant neufs à Hyderabad, dans le tout jeune État du Télangana, au sud de l’Inde. Bienvenue à Mahindra École centrale. "Pour une nouvelle école, nous avons reçu beaucoup de dossiers. Environ 1.500 candidats se sont présentés pour une promotion comprise entre 200 et 240 étudiants", se félicite Christopher Cripps, le directeur des relations internationales de Centrale Paris, de passage à Hyderabad pour fignoler les derniers détails avant l’ouverture de l’école le 4 août prochain.

"Nous devons terminer les derniers préparatifs, organiser les séminaires de professeurs, participer à des discussions sur l’‘esprit centralien’ et expliquer les spécificités de l’enseignement supérieur français par rapport à l’enseignement supérieur indien", poursuit le responsable. La semaine d’orientation représente un autre sujet capital, "avec une grosse dose de culturel, car les étudiants devront s’habituer à une école franco-indienne", ajoute Christopher Cripps.

L'établissement s'adresse en effet pour le moment uniquement aux Indiens, même si, à terme, des étudiants internationaux, dont des Français de Centrale Paris, pourront être admis. "Mahindra a énormément communiqué autour du projet, en diffusant des publicités dans les journaux, en participant à des salons itinérants", explique le directeur des relations internationales. "Ensuite nous avons sélectionné les étudiants en tenant compte de leurs résultats à l'examen d'entrée aux IIT [Indian Institute of Techonology, les meilleures écoles d'ingénieur en Inde]", précise-t-il.

5.000 euros de frais de scolarité

Mais intégrer "MEC", établissement privé financé à 100% par Mahindra, a un prix. Les étudiants se sont acquittés d'environ 5.000 euros (400.000 roupies) de frais de scolarité pour l'année. Un montant important, mais pas exceptionnel pour le pays. Si la plupart des IIT, publics, coûte entre 4 et 8 fois moins, certaines écoles d'ingénieurs privées facturent jusqu'à 25.000 euros l'année.  Mahindra École Centrale a donc conclu des partenariats avec de grandes banques indiennes qui proposent des prêts étudiants, et un système de bourses doit également voir le jour.

C’est l’Indien Sanjay Dhande, ancien directeur de la prestigieuse école IIT Kanpur, qui dirige l’établissement, épaulé par un directeur des études et un directeur R&D de Centrale Paris. Côté enseignants, 20 professeurs indiens ont été recrutés. "Nous avons réalisé des ‘embauches sèches’ d’enseignants séduits par l’attractivité du programme et de la marque", explique Christopher Cripps. Ils seront rejoints par une demi-douzaine de professeurs français de Centrale Paris.


De notre correspondante en Inde, Sarah Collin | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Hugues.

Géniale, cette école! Continuez ainsi. Le français est très à la mode en Inde, je m'en rends compte ici à Siliguri, dans le nord du Bengale. Il y a plein d'écoles qui offrent un cours en français de base, je rencontre des étudiants en français à presque toutes les semaines