Prépas littéraires : de nouveaux débouchés pour la banque d'épreuves BEL


Publié le
Envoyer cet article à un ami

La banque d’épreuves littéraires (BEL) s'ouvrira à de nouveaux partenaires, a indiqué le 3 septembre 2010 Valérie Pécresse lors d'un déplacement. La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche était en déplacement à Enghien pour l’inauguration d’une classe préparatoire littéraire, créée en partenariat entre le lycée Gustave Monod d’Enghien et l’université Paris 13 Villetaneuse (cf. encadré).

Une pluralité de débouchés
Les établissements concernés par cet élargissement, qui sera officialisé le 17 septembre 2010 au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, sont : les écoles de commerce et de management via les concours BCE et Ecricome, les IEP de province, l’Institut de management de communication interculturels à Paris, l’Ecole supérieure d’interprètes et de traducteurs (ESIT, Paris 3), l’Institut supérieur du management public et politique (ISMAPP), l’école des Chartes et le CELSA. L’élargissement des débouchés de la Banque d’épreuves littéraires (BEL) pour les élèves de prépas littéraires sera effectif à la session 2011, a indiqué la ministre.

Une liste pas close
Les écoles de management du concours Ecricome rejoindront la BEL au plus tard en 2012. La ministre a par ailleurs déclaré que d’autres établissements avaient vocation à rejoindre la BEL, telles que les écoles d’art, de journalisme, de communication, de sciences-politiques de même que certains masters universitaires. Jusqu’à présent, le principal débouché des élèves de Khâgne était les Ecoles normales supérieures (ENS) qui n’offrent que 200 places pour environ 4000 candidats.

Faire évoluer la notation au concours de Normale sup
En pratique, les élèves de Khagne seront désormais sélectionnés par les établissements sur la base de leur résultat aux épreuves de la BEL, éventuellement assortie d’épreuves complémentaires. Chaque établissement définissant ses propres critères, les détails du recrutement des candidats restent encore à formuler.
Mais cette réforme suppose une évolution de la notation au concours de Normale sup. « L’ENS va devoir affronter de nouvelles responsabilités »  a ainsi indiqué l’un des inspecteurs généraux ayant remis un rapport à la ministre. « Il va leur falloir classer de manière efficace tous les candidats aux concours et non seulement les 200 premiers admis.»

Révolution dans les notations
« Cette réforme impose une véritable révolution quant à notre notation et sa sévérité légendaire », a renchéri Estelle Oudot, directrice-adjointe de l’ENS Ulm. « Nous devons classer finement tous les candidats pour arriver à un concours de fin de sortie de Khâgne et ne plus nous contenter d’être un concours d’accès à Normale sup. » Preuve de cette récente évolution, Estelle Oudot a souligné une élévation des moyennes au concours de cette année : l’épreuve d’histoire étant par exemple passée de 6,8 à 8,54.

Lycée Gustave Monod d’Enghien –Paris 13 : première prépa littéraire en partenariat
Valérie Pécresse a inauguré le 3 septembre à Enghien la première CPGE littéraire en partenariat entre un lycée, Gustave Monod d’Enghien, et une université, Paris 13.  Collaboration des équipes et partage des enseignements et des locaux... ce partenariat déja engagé en prépas scientifiques, vise à décloisonner les formations et à attirer de nouveaux publics en prépa. Les quinze élèves inscrits dans cette hypokhâgne passeront une journée par semaine à l’université pour suivre des cours de langues, lettres et histoire mais bénéficieront aussi des installations sportives et de la bibliothèque universitaire. Pour les élèves de prépa, ce partenariat a plusieurs avantages : s’initier à la recherche universitaire, découvrir la pluralité des parcours professionnels possibles en fac ou encore bénéficier d’une solution de secours en cas d’échec en prépa. « Même si l’on est motivée pour réussir en prépa, c’est rassurant de savoir qu’il existe un filet de sécurité »  a témoigné une élève.

Lire aussi le billet de Pierre Dubois intitulé : CPGE : casser le mur de béton


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires