Présidentielle 2012 : le programme de François Bayrou sur l’enseignement supérieur et la recherche


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Consolider plutôt que réformer telles pourraient être résumées les propositions de François Bayrou sur l’enseignement supérieur . Le candidat insiste sur « une maîtrise concertée du changement » et un « accompagnement de la communauté universitaire ».

Soulignant la nécessité de « préserver une coopération et non une concurrence entre les établissements », le candidat du Modem ne remet pas en cause la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU). Il propose essentiellement de revoir la gouvernance des universités, de confier le recrutement des enseignants à des commissions de spécialistes disciplinaires, et surtout d’allouer les moyens « de manière plus transparente et moins rigide au travers d'un contrat de cinq ans » avec l'Etat et les collectivités locales.

Une loi d'orientation pour la recherche

Pour la recherche, François Bayrou veut voir adopter une loi d'orientation (2013-2017) qui « redonne des perspectives, précise les priorités et le rôle respectif des divers organismes ». Il souhaite « rééquilibrer le financement public de la recherche en faveur du soutien de base des laboratoires » et « diminuer le poids des contraintes administratives d'évaluation et de gestion de la recherche ». Pour les jeunes chercheurs, il propose que le doctorat soit reconnu dans les conventions collectives et veut dynamiser le « recrutement de jeunes docteurs dans la haute fonction publique, nationale et locale ».

Pas de changement sur les frais d'inscription

Enfin, concernant la vie étudiante, François Bayrou souhaite une réforme du système de bourses qui profite aux étudiants issus des classes moyennes et envisage de créer « un système d'aide unique comprenant l'aide au logement et la bourse ». Il propose auss d'"engager un programme de construction de logements étudiants coopératifs favorisant la colocation et la mixité sociale". Enfin, le candidat du centre est pour un statu quo concernant les droits d’inscription à l'université.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires