Newsletter

Présidentielle. Le programme enseignement supérieur et recherche d'Emmanuel Macron

Céline Authemayou, Sylvie Lecherbonnier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Macron
Emmanuel Macron a été élu président de la République, dimanche 7 mai 2017. // ©  Florian DAVID/REA
INFOGRAPHIE. Emmanuel Macron vient d'être élu président de la République, dimanche 7 mai 2017. Retrouvez les principales mesures qu'il compte mettre en œuvre pour l'enseignement supérieur et la recherche.

Instaurer des prérequis à l'entrée de l'université, franchir une nouvelle étape dans l'autonomie des universités, sanctuariser le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche : ce sont quelques-unes des mesures du programme du nouveau président de la République, Emmanuel Macron.

Des orientations compatibles en grande partie avec les propositions de la CPU (Conférence des présidents d'université) mais qui suscitent déjà des craintes dans la communauté universitaire. Entre les deux tours de l'élection présidentielle, plusieurs pétitions ont circulé pour appeler à voter Emmanuel Macron, afin de faire barrage à l'extrême droite, tout en dénonçant dans le même temps son programme.
 


Céline Authemayou, Sylvie Lecherbonnier | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Ebro.

Macron a tout compris et est bien le premier a proposer de vrais changements. Bravo au nouveau Président pour sa vision et pour ses initiatives.

Thierse.

Autonomie, MAIS dans un cadre uniforme et partagé par la Nation, d'un équité, solidarité et maintien d'un service de proximité du public : - avec un respect mutuel (servi, serveur, supérieur/coordinateur) préservant l'indépendance du "serveur public" pour apporter rapidement, efficacement et avec les contrôles a posteriori pour un vrai dialogue social, - avec un respect financier au niveau national (même attributions, même fiche de poste, même paye) et un nombre restreint de primes clairs et honnêtes. Lycée, Et pourquoi pas un vrai cursus lycéen, sur 3 ou 4 ans, sans notion de redoublement : - pour affiner ses choix, - découvrir par soi-même des domaines peu ou mal connus ( et l'assistance des MOOC suivi avec les enseignants, car un peu jeune pour s'astreindre à une même démarche que celle du type formation continue), - et compléter aussi un bac S, d'une spécialité et un bac Humanités, avec une spécialité scientifique, Pour en finir avec des bac S, des mises à niveau en "Art et Littérature" car les places sont chers en prépa, ou en " " car les places sont chers en "Art, Mode et Design", cher au sens propre (si on va dans le privé), et comme au figuré ( car les places sont rares en 3ème à spécialité, ou prépa publiques)