Newsletter

Présidentielle 2012 : ce que proposent les acteurs de l'enseignement supérieur

Sylvie Lecherbonnier, avec Maëlle Flot et Emmanuel Vaillant
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Avec l'élection présidentielle, les propositions sur l'enseignement supérieur ont fusé ces derniers mois. Présidents d'université, grandes écoles, étudiants mais aussi blogueurs... Beaucoup ont apporté leur contribution au débat. Entre les deux tours de ce scrutin majeur, EducPros publie une synthèse des mesures avancées par ces différents acteurs. Frais d'inscription, sélection, gouvernance, moyens... Des préconisations sans tabou.

La CPU : mettre l'université au cœur des débats

La CPU (Conférence des présidents d'université) a publié, le 22 mars 2012, 20 propositions. Rattraper le retard budgétaire et rétablir les inégalités entre les territoires font partie des grandes demandes des présidents d'université. «Un étudiant en France coûte 10.000 €. C'est bien inférieur à la moyenne OCDE. Nous devons atteindre au moins le niveau suédois, soit 15.000 € par étudiant», affirme Louis Vogel, le président de la CPU.


Lire les propositions de la CPU

La CGE : augmenter les moyens consacrés à l'enseignement supérieur

Vingt, c'est aussi le nombre de mesures présentées par la CGE (Conférence des grandes écoles) pour «une société de la connaissance et de la compétence». Des frais de scolarité à 3.000 € par an, des pôles d'excellence dans les lycées, un accueil plus important des étudiants étrangers ou la création d'un Institut des métiers sont évoqués dans ce texte qui dépasse les frontières des grandes écoles.


Lire les propositions de la CGE

La CDEFI : réindustrialiser la France et former davantage d'ingénieurs

 
Les mesures préconisées par la CDEFI concernent la restructuration de l'enseignement supérieur, mais aussi la réindustrialisation et la compétitivité économique de la France. Au programme : la création de grands établissements technologiques, le renforcement de la sélection par un système d'orientation active ou la création d'un chèque-mission étudiant. Là encore, la question des moyens est centrale. Avec un objectif : doubler la dépense moyenne de formation par étudiant en dix ans, grâce entre autres à des droits d'inscription modulables et à une participation accrue des entreprises. Des mesures complémentaires à celles avancées sur les mêmes thématiques par Ingénieurs et scientifiques de France .


span style="font-weight: bold;">Lire les propositions de la CDEFI

L'UNEF : un plan social étudiant dès la rentrée 2012 

L'UNEF a interpellé les candidats à l'élection présidentielle autour de dix exigences «pour relancer l'ascenseur social». Un plan social étudiant est demandé dès la rentrée 2012 avec la revalorisation des bourses et des aides au logement. Pénaliser l'abus de stages, garantir une place en M2 pour les étudiants de M1 dans leur université, recruter des enseignants pour la licence font partie des propositions de l'UNEF. 


Lire les 10 exigences de l'UNEF

La FESIC : un soutien accru de l'État pour les écoles privées sous statut associatif

Les écoles de la FESIC, réseau de grandes écoles privées sous statut associatif, demandent un soutien accru de l'État. «Nous avons le sentiment d'avoir été oubliés, déplore Jean-Philippe Ammeux, le président de cette fédération. L'État s'était engagé, lors du protocole signé en 2010, à une évolution de son soutien financier à nos établissements similaire à celle des universités. Cela n'a pas été le cas. D'où une situation de pénurie à gérer pour nos écoles.»

Lire les 7 propositions de la FESIC

Le collectif du 31 mai : favoriser l'accueil des étudiants et diplômés étrangers 

«Il faut d'urgence réétudier l'ensemble confus de règles qui régissent le séjour et le travail des diplômés extracommunautaires, et envoyer ainsi un signal fort à la jeunesse étudiante du monde afin éviter qu'elle ne se détourne durablement de notre pays.» C'est ainsi que le collectif du 31 mai, né à la suite de la circulaire Guéant, a interpellé les candidats à l'élection présidentielle sur les conditions d'accueil des étudiants et diplômés étrangers en France. En découlent 11 préconisations.

strong>Lire les propositions du Collectif du 31 mai

L’EDHEC et «le mythe de l’université gratuite»

Alimenter le débat entre les deux tours. Tel est l’objectif de l’EDHEC qui égrène une série de propositions entre les deux tours de l’élection présidentielle. Première d’entre elles : revenir sur «le mythe de l’université gratuite payée in fine par le contribuable». L’EDHEC recommande d’«instaurer un contrat d’enseignement supérieur entre l’établissement d’enseignement supérieur, la collectivité et l’étudiant. Ce contrat spécifie le niveau des investissements publics dont a bénéficié le diplômé, ce que l’individu doit à la collectivité (les droits d’inscription), et les conditions de paiement de ces droits.»

L’augmentation des droits d’inscription serait alors assortie d’un «prêt à remboursement conditionnel au revenu». Ainsi, «durant la période de remboursement, c’est-à-dire après l’entrée sur le marché du travail, les annuités ne sont effectivement versées par l’ancien étudiant que si son revenu courant est supérieur à un certain seuil», détaille l’EDHEC.

Sur les blogs EducPros

• Pierre Dubois :
Elections. Pour un collège unique ?
«Je suis partisan de l’abrogation de la gouvernance des universités, instaurée par la LRU. Pour le conseil d’administration, la prime accordée à la liste arrivée en tête aboutit à des résultats qui ne sont pas acceptables»...
Et beaucoup d’autres points de vue sur le blog «Histoires d'universités»

• Jean-François Fiorina
: Former les dirigeants de 2030 : un Livre blanc aux candidats à la présidentielle
«Fidèle à sa tradition de laboratoire d’idées, l’ESC Grenoble a décidé d’apporter sa contribution au débat électoral par la rédaction d’un Livre blanc intitulé Former les dirigeants de 2030, mode d’emploi en six étapes. [...]»

• Le blog Universitas :
Les “think tanks” lèvent les derniers tabous
«L’autonomie sans les moyens, voici le principal reproche que les opposants à la réforme tentent de faire entendre. Mais en ces temps de disette budgétaire, les propositions dont on discute le plus dans cette campagne tournent surtout autour de l’augmentation des droits de scolarité», note Michel Leroy, blogueur EducPros.
Et d'autres points de vue sur le blog Universitas

 Sur «2012 est à vous»...

Depuis près de six mois, le blog «2012 est à vous !» se fait le relais des 16-25 ans, étudiants et lycéens pour la plupart, qui s’expriment sur la campagne présidentielle. À quelques jours du second tour, voici un bilan de leurs attentes, leurs inquiétudes, leurs doléances et leurs questions souvent restées sans réponse. 

Lire le bilan sur letudiant.fr 

 Sur les grands débats d'EducPros

-L'économie politique de la connaissance. Une tribune de Franck Vidal
-La Présidentielle en 25 débats. « Comment sauver l’Université française ? »
-De futures élites «responsables» ! Oui, mais comment ?
-Quand l’université devient payante, La lettre de Hongrie de Benoit Falaize

Lire aussi :

Présidentielle : quels moyens pour la recherche ?
Présidentielle : l'Institut Montaigne chiffre les propositions des candidats sur l'éducation


Sylvie Lecherbonnier, avec Maëlle Flot et Emmanuel Vaillant | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires