Rapport Fourgous : la formation des enseignants au coeur de l'école numérique

Fabienne Guimont
Publié le
Envoyer cet article à un ami
25 nouvelles mesures sont préconisées par Jean-Michel Fourgous, député-maire d’Elancourt (78), dans son nouveau rapport sur les TICE « Apprendre autrement à l’ère numérique ». Si le premier rapport « Réussir l’école numérique » , rendu en février 2010, concernait l’équipement des écoles en outils numériques, le second est centré sur la pédagogie avec les TICE et la place des enseignants dans l’apprentissage des compétences que les élèves doivent acquérir au XXIème siècle.


Apprendre à apprendre dans un monde où la croissance des connaissances est exponentielle, savoir collaborer, prendre des décisions, développer la créativité. Telles sont les nouvelles compétences que les élèves du XXIème siècle devraient acquérir. Les TICE en sont les vecteurs, selon le nouveau rapport « Apprendre autrement à l’ère numérique » et permettraient de réduire à la fois les inégalités sociales et les difficultés scolaires. Une pédagogie mixte (e-learning/présentiel) et différenciées selon les difficultés des élèves est préconisée.

Intégrer les nouvelles compétences dans les examens


« La culture numérique est partie en France : on est passé de moins de 10 % des écoles qui avaient des équipements TICE à plus de 50 % aujourd’hui. Mais investir dans des équipements numériques sans changer la pédagogie n’est pas justifié », explique le rapporteur. Le rapport préconise d’intégrer ces nouvelles compétences dans tous les examens, diplômes et concours.

Au 29ème rang mondial, l’école française n’est pas bien classée dans la préparation des élèves à l’utilisation des TIC. « A l’avenir, dans un CV, on demandera le niveau d’anglais, le niveau numérique et le niveau scolaire », prévient Jean-Michel Fourgous. Si les enseignants sont désormais tous convaincus de l’intérêt des TICE dans les apprentissages – contre 40% en 2002 - , restent à les intégrer pour « rompre avec l’enseignement traditionnel qui ne répond pas à la diversité croissante des élèves ». Pour Jean-Michel Fourgous, « enseigner avec les TICE, ce n’est pas enseigner la même chose autrement mais enseigner autre chose avec des enseignants au coeur de communautés d’apprentissage. Ils doivent être plus coachs, guides, conseillers que répétiteurs».

« Ambassadeurs du numérique »


Le rapport préconise de remettre de la pédagogie, de la psychopédagogie et d’intégrer le management (savoir motiver les élèves, se servir de leurs erreurs pour apprendre, s’auto-évaluer…) dans la formation des enseignants. Des pratiques pédagogiques à acquérir pendant la formation initiale et en formation tout au long de la vie en utilisant l’apprentissage entre pairs avec des « ambassadeurs du numérique ». Un chantier à ouvrir à l’heure de la mastérisation qui a diminué la formation pratique des enseignants. Une agence nationale de l’Education numérique et un Grenelle de l’innovation des pratiques pédagogiques sont proposés parmi les 25 mesures du rapport.

Si aucun chiffrage de ces mesures n’est avancé dans le rapport, Jean-Michel Fourgous estime qu’il faudrait au mieux un milliard d’euros pour développer la formation des enseignants, 5 à 10 milliards pour équiper toutes les écoles et 25 milliards pour passer au très haut débit. Pour l’heure, il compte sur les collectivités locales et sur les entreprises pour participer à l’ingénierie pédagogique contre des franchises fiscales (crédit e-éducation). Des soutiens financiers équivalents à ceux défendus par Vincent Peillon, le conseiller éducation de François Hollande dans son plan pour la e-éducation présenté le 30 mars dernier.



Fabienne Guimont | Publié le