Rapprochement ESCP Novancia : les bans sont publiés

Aurélie Gerlach
Publié le
Envoyer cet article à un ami
ESCP Europe, campus de Paris
Le campus parisien de l'ESCP Europe proposera dès la rentrée 2017 un Bachelor, grâce au rapprochement avec Novancia // ©  ESCP Europe
Le projet de rapprochement entre l’ESCP Europe et Novancia a été voté à l'unanimité par l'assemblée générale de la CCI Paris-Île-de-France, le 7 juillet 2016. Une union qui se concrétise par la création d'un Bachelor parisien pour la business school européenne, en s'appuyant sur celui de Novancia.

L'ESCP Europe lance un Bachelor à Paris, tout en faisant évoluer celui de Novancia. C'est ce qui résulte du rapprochement des deux écoles, annoncé dès le mois de mai 2016 et acté le 7 juillet 2016, lors de l'assemblée générale de la CCI Paris-Île-de-France.

"Dès la rentrée 2017, nous disposerons d'une offre de formation standard LMD (licence, master, doctorat) sur tous nos campus. Cet investissement est un vrai accélérateur pour notre développement et permettra d'intensifier notre rayonnement international", se réjouit Franck Bournois, le directeur général de l'ESPC Europe. Depuis 2015, l'école propose un Bachelor européen sur son site londonien. Dès la rentrée 2016, il accueillera une seconde promotion de 120 élèves.

"Le Bachelor de Novancia délivre un diplôme de grande qualité, visé par le ministère de l'Éducation nationale, et sera mieux valorisé au sein de l'ESCP Europe", ajoute le président de la CCI Paris-Île-de-France, Jean-Paul Vermès. D'ici l'année 2019-2020, les promotions de Londres et Paris devraient ainsi cumuler 500 élèves.

"Les droits d'inscription annuels seront compris entrev12.000 et 15.000 euros à Paris", selon Franck Bournois. Les détails pratiques, concernant notamment les recrutements ou la maquette de ce nouveau Bachelor, restent néanmoins à définir.

Pour accompagner ce développement, l'ESCP Europe devrait également récupérer les locaux de Novancia situés à Montparnasse, d'une superficie de 18.000 m2.

Novancia en sursis

Le Bachelor actuel de Novancia conservera quant à lui sa marque, jusqu'à ce que les derniers étudiants, qui feront leur rentrée en septembre 2016, soient diplômés. "À terme, ce programme et le master ont vocation à disparaître", souligne la directrice générale de l'école, Anne Stefanini. Une étude de positionnement menée au sein de la CCI Paris-Île-de-France doit permettre de déterminer ce qu'il adviendra des autres activités de l'école, à l'instar de la formation continue.

Suite à cette absorption, appelée pudiquement "rapprochement", 150 salariés de Novancia, dont 60 professeurs, vont être reclassés, la Chambre ayant annoncé qu'elle ne mettrait en place aucun plan social.

Pas de garanties financières

Si la CCI Paris-Île-de-France s'enthousiasme, les personnels, anciens et étudiants de l'ESCP Europe s'inquiètent aujourd'hui de la viabilité budgétaire du projet et en demandent le report. Au cœur des questionnements : le coût du transfert des professeurs et des personnels administratifs de Novancia vers l'ESCP Europe, et ceux engendrés par l'utilisation des nouveaux locaux.

"La CCI n'a pas apporté de garanties financières quant aux besoins en investissements de l'école (campus, professeurs...) et quant au financement des premières années de déficit du projet", pointe un argumentaire, envoyé le 6 juillet 2016 à la Chambre par Martin Boéris. Cet étudiant est à l'initiative de la pétition en ligne contre le projet, qui compte, au 7 juillet, 1.900 signatures.

Dans un communiqué diffusé le 4 juillet 2016, l'association des alumni évoque, pour sa part, "une prise de risque massive, financière, sociale et pédagogique", dont résulteraient "entre 8 et 10 millions d'euros de déficit supplémentaire en 2017" pour l'école.

Si la CCI Paris-Île-de-France n'avance aucun chiffre en ce qui concerne les transferts de personnels, elle se veut rassurante : "Les choses vont s'organiser progressivement, et les écoles vont gérer elles-mêmes les transferts selon leurs besoins. Les personnels de Novancia sont salariés de la Chambre. Il y a assez de postes à pourvoir dans notre institution en dehors de l'ESCP Europe", indique Jean-Paul Vermès.

L'autonomisation, "un autre sujet"

Alors que l'ESCP Europe doit passer au statut d'EESC (Établissement d'enseignement supérieur consulaire) début 2017, les craintes se font jour également autour du processus d'autonomie de l'école et d'un désengagement financier progressif de la Chambre...

D'autant que la CCI Paris-Île-de-France fait face à une baisse de ses ressources et a dû supprimer 1.000 postes au cours des deux dernières années. Jean-Paul Vermès s'en défend : "Ce rapprochement n'a jamais été une affaire financière. Si l'on peut faire des économies d'échelle, tant mieux, mais cela n'a rien à voir avec 'l'autonomisation' de l'ESCP Europe. C'est un autre sujet que nous examinerons en temps et en heure."


Aurélie Gerlach | Publié le