Réforme du lycée : les préconisations de Richard Descoings


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Réforme du lycée : les préconisations de Richard Descoings
Surprise ! On attendait le rapport de Richard Descoings sur le lycée vers le 11 juin 2009. Finalement, le directeur de Sciences po a remis ses conclusions à Nicolas Sarkozy le 2 juin 2009, à 11 heures. Soit cinq jours avant les élections européennes. Sur le fond, rien de révolutionnaire. Le chargé de la mission lycée s’est concentré sur les thèmes qui sont ressortis de sa consultation entamée en janvier 2009 et menée dans 80 lycées et presque autant de départements (soit un peu moins que prévu). span style="text-decoration: underline;">Prioritaires dans sonprogramme : l’orientation, la rénovation de la voie technologique, la maîtrise des langues, le rééquilibrage des séries. Sur la forme, il prend le contre-pied de Xavier Darcos, le ministre de l’Education nationale également présent à l'Elysée, en donnant la parole à la communauté éducative. Et Nicolas Sarkozy approuve. Dans un communiqué, l'Elysée déclare que "Richard Descoings souligne avec justesse que la réforme doit partir des préoccupations concrètes exprimées par le terrain (...)". "L'objectif est une entrée en vigueur de tout ou partie des mesures dès la rentrée 2010", précise le texte.

Voici le détail des principales préconisations de son rapport.

L’orientation

Richard Descoings préconise notamment des périodes banalisées en seconde, première et terminale dédiées à l’orientation et intégrées au temps scolaire, des parrainages entre élèves, des stages en entreprise avec en parallèle des mesures incitatives pour les professionnels, des réorientations en cours d’année, des partenariats lycées - établissements d’enseignement supérieur (avec dans l’idée de multiplier les contacts entre les deux « mondes »), des carnets d’orientation sur le même modèle que les carnets de santé, etc.

 
Le rééquilibrage des séries

Richard Descoings rejoint le député Benoist Apparu, rapporteur d’une mission parlementaire sur le lycée : il faut faire de la seconde une vraie classe de détermination. Il propose donc que les disciplines - comme la technologie -  liées à une spécialisation durant les années ultérieures soient enseignées de façon identique et obligatoire sur tout le territoire. Richard Descoings prévoit notamment de réformer les filières technologiques (il met l'accent sur la filière STI), propose d'instaurer des quotas à l'entrée des BTS et des IUT pour les bacs technos et revaloriser la filière L (en la renforçant en langues vivantes et en lui redonnant un fond d'enseignement en mathématiques). Le caractère scientifique de la série S serait renforcé grâce à coefficients en maths et en sciences plus forts. En revanche, il n'est pas question de toucher à la série ES.

La rénovation des enseignements et l’évaluation des élèves

Sur ce point, Richard Descoings n’a pas voulu entrer dans le débat houleux de la répartition horaire des disciplines. Il a recensé des demandes en nouveaux apprentissages (maîtrise de l’oral, rédaction de CV et lettres de motivation, nouvelles technologies, etc.), plus de méthodologie, plus d’échanges et de séjours à l’étranger (une année de césure pour les jeunes bacheliers par exemple).

Comme Benoist Apparu, il préconise l’interdisciplinarité et plus d’autonomie pour les établissements. Pour l’évaluation, on retiendra le maintien du cadre national du baccalauréat. Le chargé de mission lycée va probablement contenter les lycéens en leur accordant plus de responsabilités et de pouvoir de décision au sein des établissements.

Le temps scolaire et les missions de l’enseignant

Richard Descoings pense notamment à des cours magistraux pas plus tard que 15h, de l’accompagnement scolaire personnalisé (inclus dans l’emploi du temps, comme le préconise Benoist Apparu), de l’engagement associatif, des enseignements artistiques et sportifs, etc. Le temps scolaire ne serait pas changé mais réorganisé. Les sujets les plus polémiques feront ainsi l'objet d'une vaste concertation dans un deuxième temps.



Richard Descoings ministre ?

Les travaux de Richard Descoings devraient servir de base à la réforme du lycée prévue pour la rentrée 2010, sauf pour tout ce qui concerne le temps scolaire et les missions de l’enseignant qui requiert « un temps plus long de négociation », indique le rapport. De son côté, Richard Descoings a déclaré  que « le gouvernement souhaitera le plus vite possible réunir les partenaires sociaux » et « dès que Xavier Darcos aura pris sa décision sur ce qu'il reprend ou pas des préconisations », il faudra que « tout de suite une négociation puisse s'ouvrir ».

Les propositions de Richard Descoings ont été bien accueillies par la communauté éducative, notamment en ce qui concerne la méthode. De quoi donner des idées à Nicolas Sarkozy pour l'attribution du ministère de l'Education...  Le directeur de Sciences po a déclaré mercredi 3 juin 2009 sur RMC qu'il avait expliqué au président de la République pourquoi il ne voulait pas de ce poste, si toutefois celui-ci lui proposait. "Ma démarche n'avait de sens que s'il y avait de la gratuité et du désintéressement dedans", a-t-il assuré, grand seigneur. Il va ainsi « poursuivre » sa mission.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires