Newsletter

Nouvelle carte des régions : quel impact pour les universités ?

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L’Institut universitaire européen de la mer - université de Bretagne occidentale © Communication UBO
L’Institut universitaire européen de la mer - université de Bretagne occidentale © Communication UBO

Pas de bouleversement. Les universités devraient être rassurées, la nouvelle carte des régions annoncée par François Hollande début juin 2014 se rapproche, dans l’ensemble, des regroupements d'établissements en cours de finalisation. Tour d'horizon.

Au total 14 grandes régions. François Hollande a annoncé la couleur, le 3 juin 2014. L'architecture de sa réforme territoriale était attendue par un certain nombre d'universités, où les regroupements en cours pouvaient être perturbés.

Précisément en Bretagne-Pays de la Loire. Les universités bretonnes et ligériennes ont en effet prévu de faire communauté ensemble. "Notre travail peut se poursuivre de manière sereine, dans la dynamique enclenchée", sourit Pascal Olivard, à la tête du pôle breton.

La crainte de voir la région Pays de la Loire éclatée, entre la Bretagne et le Poitou-Charentes, ou tout simplement rattachée au Poitou-Charentes, pouvait en effet inquiéter. "Notre projet aurait été déstabilisé, reconnaît le président de l'UBO (université de Bretagne occidentale) à Brest. Nous aurions dû revoir les cadres et faire partie de ceux qui demandent un moratoire. Ce n’est pas le cas et je m’en réjouis."

Quand la nouvelle carte des régions suit celle des facs

Autre soulagement, côté Poitou-Charentes justement : les universités de Poitiers et La Rochelle ont en effet, elles, le projet de s'allier avec Limoges, Tours et Orléans. Soit une communauté étendue sur trois régions (Poitou-Charentes, Limousin, Centre). La nouvelle carte des régions devrait leur faciliter la tâche puisque les trois collectivités n'en feront plus qu'une, suivant ainsi le format de la Comue (communauté d'universités et établissements). "Le redécoupage nous satisfait pleinement", confie Gérard Blanchard, président de La Rochelle.

Nouvelle carte des régions annoncée par François-Hollande (juin 2014)

Les nouvelles régions vont également suivre le périmètre du regroupement universitaire en cours en Bourgogne-Franche Comté, puisqu'une seule collectivité doit émerger.

Pour la future région accolant la Picardie et la Champagne-Ardenne, les universités ont en revanche suivi des chemins plus complexes. Reims et Amiens avaient en effet construit un PRES (Pôle de recherche et d'enseignement supérieur) ensemble, avant de se diriger finalement vers des regroupements séparées. En Champagne, l'URCA (université de Reims Champagne-Ardenne) se dirige vers une Comue avec l'UTT (université de technologie de Troyes), tandis qu'en Picardie, Jules-Verne se rapproche de l'UTC (université de technologie de Compiègne). Les deux pôles mettant en place entre eux un "partenariat renforcé".

Vers plus de collaborations, mais pas de nouvelles structures

Enfin, plusieurs régions comptant déjà d'importants effectifs étudiants se voient agrandies avec la nouvelle carte de France. Montpellier et Toulouse feraient ainsi région commune, tout comme Lyon-Saint-Etienne et Grenoble avec Clermont-Ferrand, ou encore le mastodonte strasbourgeois avec le grand établissement lorrain.

Cela va-t-il impacter les regroupements en cours, qui se situent jusqu'ici à l'échelle régionale – ou même infra-régionale en Rhône-Alpes ? L'effet sera tout à fait limité, estiment et espèrent plusieurs présidents d'universités concernées.

J'espère que l'on va laisser les sites continuer à s'organiser comme ils le font aujourd'hui, et surtout que cela ne va pas perturber le travail de rapprochement en cours (L. Dumasy)

"Le rapprochement Midi-Pyrénées - Languedoc Roussillon ne va rien changer pour nous, analyse Bertrand Monthubert, à la tête de Toulouse 3 Paul-Sabatier. Les regroupements en cours à Toulouse et Montpellier sont chacun d’une taille telle que je ne crois pas que ce nouveau format régional aura d'impact particulier. Nous appartiendrons simplement désormais à une région qui possède deux grands pôles universitaires. Notre logique demeure celle d'une stabilisation du projet toulousain, en évitant d’introduire de perturbations." Les statuts de la Comue, en cours de finalisation, devraient passer devant les conseils d'administration courant juin 2014, prévoit le responsable.

Même son de cloche côté lyonnais. La nouvelle carte prévoit une seule région Auvergne-Rhône-Alpes. "Nous n'avions déjà pas fait de Comue avec Grenoble, bien qu'appartenant à la même région, rappelle François-Noël Gilly, président de l'université Lyon 1. Cela ne changera pas grand-chose car nous travaillons déjà ensemble avec Clermont-Ferrand, notamment en santé."

"Ce n'est pas le moment de tout chambouler, confie également sa consœur grenobloise Lise Dumasy. J'espère que l'on va laisser les sites continuer à s'organiser comme ils le font aujourd'hui, et surtout que cela ne va pas perturber le travail de rapprochement en cours, qui est déjà assez compliqué."

Alsace-Lorraine : les deux établissements fusionnés rassemblés dans la même région

L'idée de devoir rebattre les cartes des rapprochements pour avoir un unique "coordinateur" par région est également écartée par Alain Beretz, président de l'université de Strasbourg, tandis que l'Alsace et la Lorraine seraient réunies.

"Ce serait mettre l'administratif avant le projet et ce n'est pas à l'ordre du jour, confie le professeur de pharmacologie. Nous avons fait d'ailleurs la preuve, à Strasbourg et en Lorraine, que nous savions prendre nos responsabilités en termes de regroupements [les deux universités sont issue d'une fusion récente]. Ce serait se tromper de vouloir créer une seule grande structure. En revanche, cela va nous pousser à renforcer nos collaborations."

Lire aussi
- La biographie EducPros de Pascal Olivard (Brest)
- La biographie EducPros d'Alain Beretz (Strasbourg)
- La biographie EducPros de Lise Dumasy (Grenoble 3)
- La biographie EducPros de Bertrand Monthubert (Toulouse 3)
- La biographie de Gérard Blanchard (La Rochelle)

 Les vacances scolaires dans le grand chamboule-tout des régions (lemonde.fr)

- Le billet de Jean-Claude Dupas : Les ComUE, une autre forme d’inefficacité
- Le billet de Romain Pierronnet : Etudiants et territoire(s) : enquête
- Le billet d'Henri Audier : Madame la Ministre … 2- Reprendre les choses au lendemain des Assises

- Les billets de Pierre Dubois (blog Histoires d'universités) autour du sujet des collectivités territoriales.

Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
JBHU.

Quelle est cette manie de vouloir toujours plus gros (les établissements universitaires, les régions, autres) ? Comme l'on dit de l'autre côté de l'Atlantique : "big, noisy, and does not work...". Sur le plan universitaire, il semble que nos dirigeants politiques (et leurs conseillers) n'aient toujours pas compris qu'on a besoin d'être réactif, près du terrain, différencié et original... Essayez de faire comprendre à un collègue visiteur étranger ce qu'est un PRES, un COMUE (avec ses différentes déclinaisons), puis encore un nouveau sigle... La vie (y compris politique) se déroulant en cycles, on va se rendre compte dans quelques années que ça ne marche pas et on va "décentraliser" à l'intérieur de chaque mégastructure créée (parfois artificiellement)...

Stromboni.

@Marie-Domitille Porcheron - Un grand merci pour cette précision. Notre formulation laissait en effet penser, par erreur, à une Comue. C'est modifié ! Bien cordialement. CS

Marie-Domitille Porcheron.

Bonjour, L'Université de Picardie Jules Verne ( UPJV) d'Amiens ne fait pas de COMUE, n'en a jamais fait, mais va fonctionner en "associée" avec, entre autre, l'UTC de Compiègne. Le CA de l'UPJV ayant voté le principe de l'association (moins contraignant, enfin on verra!) et non de la fusion ou de la COMUE. Et je puis vous assurer qu'il y a une différence. Le PRES avec l'URCA à peine né est mort et enterré et pour ma part je ne le regrette pas! La voie principale de communication entre Reims et Amiens restant aujourd'hui encore la voie romaine de la Gaule/Belgique... Donc tous à nos chars! La nouvelle carte des régions risque de faire évoluer la donne "association". Attendons! > Bien "associativement"... et cordialement Marie-Domitille Porcheron MCF, Arts, UPJV, Amiens Élue au CFVU

sac.

Impact (semble-t-il limité) de la nouvelle carte des régions sur l'organisation des regroupements d'Universités.