Rentrée 2011 : Luc Chatel en mode libéral


Publié le
Envoyer cet article à un ami

De la personnalisation, c’est-à-dire de la « pédagogie individualisée », de la « différenciation dans les parcours », de « l’autonomie » : voilà les mots clés de la rentrée présentée par Luc Chatel, le ministre de l’Éducation nationale, à la presse le 1er septembre 2011. « Parce que chaque enfant est différent ». Des principes qui se retrouvent à travers plusieurs dispositifs mis en place ou développés en 2011. Exemples.

Plus que jamais favorable à l’autonomie des établissements

« Il faut faire confiance aux acteurs locaux », a déclaré Luc Chatel, très attaché à « l’esprit du dialogue de gestion ». Un point qui fera probablement sourire le SNPDEN (syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale) qui vient de publier une enquête montrant des lacunes à ce sujet . Au lycée, ce mouvement a déjà été amorcé à la rentrée 2010 avec les 10h30 hebdomadaires dont disposent les établissements pour créer des « groupes à effectifs variables » en 2nde. À la rentrée 2011, le dispositif CLAIR devient ÉCLAIR (Écoles, collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite) et s’étend aux écoles et aux collèges « Ambition réussite » (on passe ainsi de 105 à 300 établissements). Un cadre qui facilite le développement d’innovations et d’expérimentations locales. Autre exemple : 250 établissements expérimenteront cette année le dispositif « Cours le matin, sport l’après-midi » contre une centaine lors de son lancement en 2010.  

Vers une gestion « comme dans les entreprises » ?

Le chantier est ouvert sur l’évaluation des enseignants. Aujourd’hui, « le système est opaque, inefficace, il ne donne pas assez de visibilité sur la carrière », a déclaré Luc Chatel. Il est donc envisagé de recourir à l’auto-évaluation ou à des entretiens professionnels réguliers entre professeurs et inspecteurs de l’Éducation nationale ou les chefs d’établissement. En 2010, les enseignants avaient « gagné » le DIF (droit individuel à la formation), un bilan de santé ou encore des entretiens personnalisés de ressources humaines, qui seront généralisés. Par ailleurs, lors de sa conférence de presse, Luc Chatel a indiqué qu’il ne lançait pas « la réforme du statut des enseignants », même si « réfléchir aux missions » ne lui paraissait pas « un sujet tabou ». Et pourtant... Le ministre n'aborde celui-ci que rapidement dans son livre d'entretiens croisés avec Jean-Pierre Chevènement , contrairement à l'évaluation.

Un point d’interrogation : le devenir de la carte scolaire

La carte scolaire, assouplie, sera-t-elle supprimée ? Lors de la conférence, Luc Chatel, « attaché à la liberté de choix des parents », a rappelé que c’était son objectif… Mais pour le moment, cela ne semble pas à l’ordre du jour. « Des étapes internes ne sont pas encore franchies », a indiqué le ministre.

strong>Découvrez les autres nouveautés de la rentrée au lycée sur letudiant.fr.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires