Newsletter

Saclay : "New Uni" devient l'Institut Polytechnique de Paris

Youness Rhounna
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Vue aérienne de l'École polytechnique sur le plateau de Saclay
Ne l'appelez plus "New Uni" mais Institut Polytechnique de Paris… sur le plateau de Saclay. // ©  Polytechnique
Florence Parly, la ministre des Armées, a dévoilé jeudi 7 février 2019 le nom du nouveau pôle d'écoles réunies autour de l'École polytechnique, tournant le dos à l'ensemble universitaire porté par l'Université Paris-Saclay.

Ce n'est peut-être pas un divorce, mais la séparation de corps est bien actée. Jeudi 7 février 2019, la ministre des Armées, Florence Parly, accompagnée de la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, a révélé – bien que l'information soit parue la veille dans "Les Échos" – le nouveau nom de NewUni devant un parterre d'étudiants en apparat militaire.

Le regroupement autour de l'École polytechnique, l'Ensta ParisTech, l'ENSAE, Telecom ParisTech et Telecom SudParis, s'appellera donc l'Institut Polytechnique de Paris.

L'objectif, selon Florence Parly ? "Créer d'ici cinq à dix ans un champion mondial de l'enseignement supérieur et de la recherche, similaire aux plus grands instituts internationaux", déclare la ministre des Armées.

La secrétaire d'État, Agnès Pannier-Runacher, se réjouit également de la création de ce "pôle d'excellence avec les écoles de Paris-Saclay".

D'ici à cinq ans, l'ensemble rassemblera ainsi 30 laboratoires de recherche, un millier de doctorants et 10.000 étudiants, pour 2.500 publications par an.

"Des alliances à venir"

La révélation de la nouvelle marque, frappé d'un logo entremêlant un X et un P, qui n'est pas sans rappeler le vaisseau amiral et sa "tangente" (surnom donné aux épées des polytechniciens), met fin à plusieurs années de tergiversations au sein de la Comue Université Paris-Saclay, faisant allusion à la décision de l'X de faire cavalier seul .

"L'esprit n'est plus à la fusion, mais à la coordination et à la conservation des identités fortes", a tranché Florence Parly.

Des propos appuyés par Agnès Pannier-Runacher, qui a fait allusion à des "alliances à venir avec d'autres écoles". La secrétaire d'État citant alors HEC, qui devrait rejoindre IP Paris, dans le cadre de la future "école doctorale unique". À terme, la nouvelle entité délivrera des MSc (Masters of Sciences) et des doctorats.

… et des absences remarquées

Ce jeudi à Palaiseau, la présidente de l'Université Paris-Saclay, Sylvie Retailleau, bien qu'invitée, était absente. Tout comme la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, en déplacement à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Comme un pied-de-nez, le décret actant le changement de nom de l'ENS-Cachan en "École normale supérieure Paris-Saclay" a été publié le même jour, rejoignant les grandes écoles qui préfèrent l'aventure universitaire, comme AgrosParistech, CentraleSupélec, ou l'Institut d'Optique Graduate School, et sept organismes de recherche – le CEA, le CNRS, l'IHES, l'Inra, l'Inria, l'Inserm et l'Onera –, à quelques kilomètres de l'X.

Un choix assumé
Si le choix s'est finalement porté sur l'IP Paris, c'est, comme l'explique le président de l'École polytechnique, Éric Labaye, parce qu'il contient tout ce que le nouveau regroupement veut renvoyer : "Institut", en référence aux grands clusters mondiaux (comme le MIT), "Polytechnique", pour la transdisciplinarité, et "Paris", pour rayonner à l'international. Avec le nom de la capitale française dans la nouvelle marque, l'idée est peut-être aussi de gagner quelques places dans les palmarès internationaux et de concurrencer deux autres grandes marques françaises : Paris Sciences et Lettres et l'université Paris-Sud.


Youness Rhounna | Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Eric.

Polytech Paris Sud n'a rien à voir avec l'Institut Polytechnique de Paris... C'est l'école d'ingé, émanation de Paris XI, et donc inclus dans l'Université Paris Saclay. C'est sur l'autre rive de la N118 !

Frida.

Bravo à Polytech Paris Sud qui défonce tout : https://www.usnews.com/education/best-global-universities/universite-paris-saclay-comue-529376

Sirius.

HEC n'a pas annoncé qu'elle "rejoindrait" l'IPP, mais une "alliance" avec lui. Nuance.

Epelboin.

2500 publications par an, 1000 doctorants pour 30 labos soit plus de 30 doctorants par labo. Diable ! Cela ne se décrète pas. Attendons !