Salaires : les étudiants de 2016 revoient leurs prétentions salariales à la baisse

Catherine de Coppet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Pour résister à la crise, les fondations se réorganisent
En 2016, les étudiants en école de commerce escomptent un salaire de 32.400 euros brut annuel à leur sortie d'école, quand les étudiants ingénieurs visent 33.600 euros. // ©  PlainPicture / fStop
Chaque année depuis 2008, l'institut Trendence sonde près de 30.000 étudiants, en particulier des écoles de commerce et d'ingénieurs, sur leurs attentes en matière d'insertion professionnelle. S’agissant du salaire, la tendance est globalement à la baisse, selon l’édition 2016.

En France, les étudiants en école de commerce escomptent un salaire de 32.400 euros brut annuels à leur sortie d'école, quand les étudiants ingénieurs visent 33.600 euros. Soit respectivement 2.700 euros brut et 2.800 euros brut par mois. C'est ce qui ressort des questions posées chaque année par le baromètre Trendence à un panel d'étudiants français et européens, 27.000 en 2016. "D'une façon générale, les ingénieurs sont un peu plus optimistes ces dernières années sur leur future vie professionnelle, souligne Mariana Rajic, consultante France chez Trendence, les carrières techniques se portent bien, il est vrai !"

Autre élément à souligner, les femmes visent un salaire moins important que les hommes : sur l'ensemble de la cohorte sondée en France, les jeunes femmes espèrent gagner 31.100 euros alors que les jeunes hommes visent 35.100 euros ! Une intégration en amont des inégalités salariales constatées dans le monde du travail ?

"C'est un constat que nous faisons pour l'ensemble des pays sondés, note Mariana Rajic, même si, au fil des ans, le salaire attendu par les femmes augmente légèrement. Il y a clairement une tendance à anticiper l'impact des grossesses sur les carrières."

Les résultats du baromètre 2016 s'inscrivent, en tout cas, dans une tendance à la baisse, dès lors que l'on regarde l'évolution des attentes salariales sur les huit dernières années. En 2008, toujours en France, les étudiants en écoles de commerce comptaient en effet sur un salaire de 34.600 euros annuels, contre 34.400 euros pour les étudiants en écoles d'ingénieurs.

Pour comparaison, en 2016, les étudiants des mêmes types d'écoles en Suisse espèrent gagner 72.100 euros pour les futurs diplômés d'écoles de commerce, 70.100 euros pour ceux des écoles d'ingénieurs ; alors qu'en Roumanie, le salaire escompté s'élève respectivement à 5.100 euros et 5.600 euros ! Les étudiants de France, eu égard à leurs attentes salariales, se situent ainsi plus près des étudiants du Royaume-Uni et de Finlande en 2016.

Du temps ou de l'argent ?

"Ces résultats sont en phase avec ce que nous constatons dans l'enquête d'opinion du baromètre, détaille Mariana Rajic. Ce n'est pas tant que l'argent a moins d'importance que le fait que de nouvelles valeurs prennent de plus en plus de poids : la qualité de vie, avoir du temps, établir de réels contacts avec les autres, etc."

De fait, sur le thème du salaire, les étudiants sondés en France par Trendence sont 63 % parmi ceux en école de commerce, et 64,7 % parmi ceux en école d'ingénieurs à estimer que dans le travail, le développement personnel importe plus que de gagner beaucoup d'argent. À l'échelle européenne, ce sont les étudiants de Pologne qui sont le moins d'accord sur ce point (41,1 % des étudiants en école de commerce, 39,6 % des étudiants en école d'ingénieurs).

En France, les étudiants sont également majoritairement prêts à accepter un poste à un salaire moindre mais qui leur conviendrait mieux (64,3 % pour les étudiants en écoles de commerce, 65,5 % pour ceux en écoles d'ingénieurs). "Les jeunes s'orientent de plus en plus vers des fonctions où leur créativité peut s'exprimer, insiste Mariana Rajic, c'est d'autant plus cohérent que l'on sépare moins vie professionnelle et vie personnelle. Le travail fait partie intégrante de la vie des jeunes diplômés."

De façon complémentaire à la question salariale, le baromètre Trendence met enfin en valeur les projections des étudiants en termes de temps de travail. En France, les étudiants en école de commerce sont prêts à travailler plus de 44 heures par semaine (44,3) et les étudiants en école d'ingénieurs presque 43 heures (42,9).

L'enquête Trendence pour le baromètre 2017 est ouverte depuis quelques semaines. Sont invités à y répondre tous les étudiants, y compris hors écoles de commerce et d'ingénieurs. Pour répondre, un seul questionnaire est accessible en ligne.

Catherine de Coppet | Publié le