Sciences po en région : vers une privatisation des IEP ?

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sciences po - Concours commun des six IEP à Lille en juin 2012
Sciences po - Concours commun des six IEP à Lille en juin 2012 // ©  Camille Stromboni
L'IEP lillois persiste. Le conseil d'administration de l'institut a adopté une motion rédigée par ses élus étudiants, le 12 décembre 2013, dénonçant le manque de moyens et la tendance à faire peser ce "désengagement de l'Etat" sur les épaules des élèves. Avec un risque de privatisation de ces écoles publiques. Objectif : mobiliser les autres instituts du concours commun.

"La sous-dotation par l'Etat des IEP du concours commun [Sciences po Aix, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse] met en danger les conditions d'études et de travail des étudiants et personnels", alertent les élus étudiants de l'institut lillois, dans une motion adoptée par son conseil d'administration, le 12 décembre 2013. Un cri d'alarme qui devient récurrent chez plusieurs Instituts d'études politiques, notamment Lille et Toulouse. Les six directeurs avaient également pris position contre les coupes budgétaires début 2013.

Avec une dimension nouvelle cependant : la question des droits d'inscription. "L’insuffisance des dotations et le manque de postes statutaires poussent les IEP à réduire leur offre de formation ou à faire peser sur les étudiants le poids du désengagement de l’Etat via l’augmentation de leurs frais d’inscription", dénoncent-ils.
La plupart des instituts du concours commun ont en effet mis en place des droits d'inscription modulés, en partie pour combler le manque de moyens de la part de l'Etat. A Lille, cela a permis de dégager 900.000€ supplémentaires.

Vers une mobilisation étudiante plus large ?

"La part de l'Etat [dans notre budget de fonctionnement] n'est plus que de 31%, reconnait le directeur lillois, Pierre Mathiot. Celle de nos ressources propres a été portée à 56,6%, contre 49% en 2012 (1). L'absence de réponse de l'Etat conduit donc à une forme originale de privatisation de notre modèle économique qui ne correspond pas à nos valeurs, à notre conception de notre métier et, surtout, à la place de Sciences po Lille dans le paysage de l'enseignement supérieur public."

Les Lillois comptent bien élargir le mouvement, la situation de plusieurs IEP de région étant similaire. "Nous sommes en train de nous coordonner avec l'ensemble des IEP du concours commun pour mener une action commune dès janvier, explique Flavien Noël, élu étudiant au conseil de l'institut. Nous voulons dépasser l'axe Lille-Toulouse, et organiser quelque chose d'assez fort pour se faire entendre cette fois-ci."

L'absence de réponse de l'Etat conduit à une forme originale de privatisation de notre modèle économique (P.Mathiot)

Rééquilibrer les moyens entre Paris et les régions

Outre des moyens et des postes, la motion rappelle l'un des chevaux de bataille des instituts de région : le rééquilibrage entre Paris et la province. "La FNSP (Fondation nationale des sciences politiques) doit être contrainte par la loi d'assumer son rôle de financement des IEP de région dans les mêmes proportions que l'institut parisien", interpellent les étudiants, qui espèrent que, "enfin, soit mis en place le groupe de travail promis par le ministère afin de faire évoluer le système actuel de financement de l'ensemble des IEP". Une demande qui avait été portée, quelques semaines plus tôt, par des députés lors du débat budgétaire.

Quant aux mobilisations étudiantes récentes, rue Saint Guillaume, contre l'augmentation des droits d'inscription en projet, Flavien Noël fait le lien. "C'est un combat différent, souligne-t-il tout de même. Mais nous nous retrouvons contre cette fuite en avant, qui veut qu'à la fin, ce soit toujours les mêmes qui trinquent : les étudiants. Nous nous dirigeons vers le modèle des business school, loin du service public que nous défendons."

(1) Les autres ressources de l'IEP, qui concernent le programme "égalité des chances" PEI, proviennent des collectivités locales, des entreprises, du ministère de l'Education nationale, des Cordées de la réussite...


Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires