Statut des enseignants, autonomie, bac… Nicolas Sarkozy va dévoiler ses projets pour l’Education


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Au cours du quinquennat qui vient de s'écouler, le gouvernement a concentré ses efforts sur l'enseignement supérieur. Pour le candidat-président Nicolas Sarkozy, il s’agit à présent de s’atteler au scolaire. Avec pour sujets phares : le service des enseignants, l’autonomie des établissements, le continuum école-collège… Et peut-être le bac en invité surprise.  

Mardi 28 février 2012, Nicolas Sarkozy doit faire son « grand discours fondateur sur l’éducation » à Montpellier (la zone A a repris les cours lundi), après la visite d’un internat d’excellence. Pour le candidat-président, il ne s’agit pas de revenir sur les 70.000 suppressions de postes. En revanche, parmi les idées attendues pour faire évoluer le système éducatif, figure en première ligne la réforme du service des enseignants, régi par un décret de 1950.

Nicolas Sarkozy s’est déjà exprimé sur ce sujet. Les professeurs pourraient être mieux payés (on attend l'annonce de chiffres). En contrepartie, il s’agit de revoir leur mission et leur temps de présence dans les établissements sur la base du volontariat. « Dans la classe, on enseigne. Peut-être qu'en dehors de la classe, dans l'établissement, on participe à l'éducation. Si on ne prévoit pas dans l'emploi du temps du professeur, un temps où il est avec la classe, un temps où il est avec les enfants qui ont du mal à suivre, on passe à côté de la mission de l'Education nationale », a-t-il déclaré lundi 27 février sur RTL.

Des sujets devenus prioritaires, d’autres qui ne le sont plus

Autres pistes attendues : accroître l’autonomie des établissements (notamment pour le recrutement des équipes éducatives) et repenser la transition entre l’école et le collège. Sur ce point, il est possible que des professeurs des écoles, plus polyvalents, soient sollicités pour enseigner en 6e ou 5e. En janvier 2012, Nicolas Sarkozy s’était déclaré favorable à la remise en cause partielle du collège unique.

En revanche, les strong>rythmes scolaires ne semblent plus un sujet prioritaire pour l'UMP, même s’il est probable que l’on revienne à des cours étalés sur 5 jours de la semaine (le mercredi matin davantage que le samedi). De même, l’assouplissement de la carte scolaire est un sujet enterré. 

Le bac en contrôle continu, le retour ?

Luc Chatel, le ministre de l’Éducation nationale, devait présenter en février 2012 un rapport sur le bac. Présentation annulée ou tout du moins repoussée. Le candidat-président s’est réapproprié le dossier. Il est probable qu’il s’en serve pour proposer des pistes de réforme à Montpellier. Au ministère de l’Éducation nationale, on évoque l’introduction de davantage de contrôle continu et de moins d’épreuves terminales comme l’une des grandes évolutions possibles. Jusqu’ici, les ministres de l’Éducation s’étaient montrés très prudents sur le sujet, qui met souvent les jeunes dans la rue. En 2005, François Fillon avait dû reculer face à la grogne des lycéens. Mais c’était avant les divers bugs qui ont entaché la session de juin 2011 ...


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires