Stéphane Tassel, secrétaire général du SNES-sup à propos du baromètre d’images des universités: «Les français ne sont pas dupes des effets d’annonces du gouvernement »


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le secrétaire général du SNESUP réagit à la parution le 8 mars 2012 du sondage Educpros/CampusCommunication/Ipsos sur la perception de l’université par les français.

Parmi les résultats du sondage, que retenez-vous en particulier ?
Le sondage montre qu’en matière de moyens budgétaires, les effets d’annonce du gouvernement sont très limités et que les Français n’en sont pas dupes. Par exemple le budget 2012 du ministère est en recul de 0,7% sur le pouvoir d’achat. Entre 2006 et 2010, les dépenses de communication du ministère ont augmenté de 122% ce qui constitue la hausse la plus importante de tous les ministères en la matière.  C’est un gaspillage inacceptable !

Avez-vous été surpris du fait que 72 % des sondés pensent que l’on ne trouve pas facilement un emploi après un master universitaire ?
Ce pourcentage ne correspond pas à la réalité. Toutes les enquêtes d’insertion, notamment celles du CEREQ, montrent que le diplôme protège du chômage.  Et aujourd’hui deux masters sur trois ont une dimension professionnelle. Ce résultat est probablement le reflet d’une situation sociale compliquée. Beaucoup de foyers sont aujourd’hui confrontés à cette question du chômage et la conjoncture aiguise la sensibilité à cette question.

Que préconise votre syndicat pour répondre aux attentes de la communauté universitaire ?
Nous venons de présenter trente mesures d’urgence pour la prochaine mandature. Dans un souci de rupture, le SNESUP demande l’abrogation de la loi LRU. Même en imaginant une alternance et une augmentation du volume de la masse salariale, celle-ci n’empêchera par une poursuite de la précarisation dans l’enseignement supérieur. Nous dénonçons le principe de versement des primes à la discrétion d’un président d’université. Les autres mesures portent par exemple sur la priorité donnée à la recherche publique et sur la garantie de son indépendance ou encore sur la réforme de la formation des enseignants.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires