Succession Descoings à Sciences po : Geneviève Fioraso ne cède pas


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sciences po Paris - entrée Rue Saint Guillaume - Octobre 2012 - ©Camille Stromboni
Sciences po Paris - entrée Rue Saint Guillaume - Octobre 2012 - ©Camille Stromboni // ©  Camille Stromboni
Le bras de fer se poursuit entre Sciences po et l'Etat. Après l'accélération de la procédure du côté de l'IEP, la ministre de l'Enseignement supérieur a rappelé sa position devant les parlementaires mardi 23 octobre 2012 : pas de nomination du directeur avant le rapport définitif de la Cour des comptes.



La procédure de recrutement du successeur de Richard Descoings à la tête de Sciences po Paris... "On pourrait y passer une séance", sourit Geneviève Fioraso , interrogée par un député lors de l'examen des crédits 2013 "Enseignement supérieur et recherche" devant la commission élargie à l'Assemblée nationale mardi 23 octobre 2012.

"Cette école vous prend de vitesse, si on en croit la presse , puisqu'elle devrait annoncer le nom de son nouveau directeur plus vite que la date demandée par le gouvernement", l'a interpellée Gérald Darmanin (UMP - Nord).

Pas de nomination avant le rapport

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a indiqué que la nomination du futur directeur n'interviendra pas avant la publication du rapport de la Cour des comptes, fin novembre 2012. "Un autre choix a pu être fait, en toute autonomie, par les présidents du conseil d'administration de la FNSP et du conseil de direction de l'IEP. Dont acte", a-t-elle relevé.

Autrement dit : les conseils de Sciences po et de la FNSP peuvent faire leur choix  quand ils veulent, l'Etat attendra lui le rapport définitif de la Cour pour faire paraître le décret de nomination du directeur. Reste à savoir si l'Etat suivra ou non le choix de Sciences po...

img title="FIORASO-Genevieve-Assemblee-Nationale" src="/static/uploads/tp3/rte/RTEmagicC_Fioraso-AN.png.png" style="width: 300px; height: 168px; float: left; padding: 4px 8px;" alt="" />"Pas une affaire personnelle"

"Je n'en fais pas du tout une affaire personnelle, il n'y a pas de candidat caché. Compte tenu de la bonne réputation de cette école, il me semble simplement préférable que la nomination intervienne après le rendu du rapport définitif", a-t-elle précisé, afin que cela se déroule dans un "climat pacifié et dans l'intérêt général".

Les priorités de la ministre : préserver la réputation de l'institution et assurer la transparence et la traçabilité des 62 millions d'euros de fonds publics alloués à Sciences po.

"J'apprécie ce que vient de dire Madame la ministre, mais il semble bien qu'il y ait un passage en force" JY Le Déaut

"J'ai rencontré les deux dirigeants, et ils sont d'accord pour suivre les préconisations de la Cour, et pour un dialogue plus proche avec le ministère", a avancé la ministre.

Sciences po intéresse en tout cas "l'ensemble des médias, le monde politique, une partie du gouvernement, et même le patron de Toshiba", a noté la ministre, racontant une anecdote sur sa rencontre avec le responsable de la grande entreprise, qui lui a demandé quand le directeur de l'institution parisienne serait nommé, son fils allant y étudier. "Je m'attendais à tout sauf à ça !"

Réaction d'un parlementaire

"J'apprécie ce que vient de dire Madame la ministre, mais il semble bien qu'il y ait un passage en force", a réagi le député PS Jean-Yves Le Déaut , déplorant que les parlementaires n'aient pas leur mot à dire au sein de la procédure de succession, une situation jugée anormale alors que Sciences po dispose de fonds publics. La ministre n'a pas eu l'occasion de répondre, fin de séance oblige.

Lire aussi sur lexpress.fr :
- span style="font-weight: bold;">Sciences po, la piste Blanquer
- L'interview de Jean-Michel Banquer : "Il faut trouver rapidement un directeur à Sciences Po, mais il faut le nommer avec sérieux et objectivité"

CIR, ANR, AERES, IDEX...

Evolution du CIR (Crédit d'impôt recherche), baisse des crédits ANR (Agence nationale de la recherche), rôle de l'AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), partage entre financements récurrents et sur projets, revalorisation du doctorat, place des IUT, Assises de l'ES-R ... La ministre a répondu aux questions des parlementaires entre 9h30 et 13h.

- Voir l'intégralité de la séance sur le site de l'Assemblée nationale

- Le live-tweet d'EducPros sur cette séance avec le hashtag #Fioraso

Les 1.000 postes pour la réussite en licence

La ministre est revenue sur la répartition des 1.000 postes ciblés pour renforcer la licence :
- 450 enseignants-chercheurs
- 230 PRAG
- 320 personnels administratifs et techniques
Une programmation qui pourra quelque peu évolué en fonction des besoins. "Tout sera contractualisé, avec des avenants aux contrats existants", a-t-elle insisté.

Suivez toute l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le compte Twitter d'Educpros et la page Facebook d'Educpros .


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires