Newsletter

Sup'Biotech devient une école d'ingénieurs et intègre APB

Laura Makary
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sup'Biotech devient une école d'ingénieurs et intègre APB
Spécialisée dans les biotechnologies, Sup'Biotech forme chaque année 130 étudiants. // ©  Sup'Biotech
Sup'Biotech, école des biotechnologies du groupe Ionis, est désormais habilitée par la CTI à délivrer le titre d'ingénieur. Elle devient ainsi une école d'ingénieurs et intègre Admission post-bac via le concours Advance.

Une de plus ! Le 6 décembre 2016, à l'occasion de son assemblée plénière mensuelle, la CTI (Commission des titres d'ingénieur) a habilité une nouvelle école à délivrer le diplôme d'ingénieur, pour une durée restreinte de deux ans. Sup'Biotech, école dédiée aux biotechnologies et installée à Villejuif (Val-de-Marne) rejoint donc, à partir de la rentrée 2017, les quelque 209 établissements habilités.

"C'est une excellente nouvelle pour l'école, car ce titre d'ingénieur est une vraie reconnaissance et un label de qualité. Nous allons également gagner en visibilité, en intégrant notamment les classements d'écoles d'ingénieurs", se réjouit Vanessa Proux, directrice de Sup'Biotech. L'école rejoindra le concours Advance, qui regroupe les trois écoles d'ingénieurs du groupe Ionis : Epita, Ipsa et ESME Sudria. Sup'Biotech sera ainsi présente sur APB, via le concours.

Sélectionner davantage les candidats

L'établissement se prépare donc à recevoir plus de candidatures à la rentrée 2017. "Ce titre va rassurer les candidats et leurs familles, qui privilégiaient parfois des écoles d'ingénieurs. Nous prévoyons néanmoins de garder des promotions de 130 étudiants. Cela nous permettra de sélectionner davantage nos élèves", ajoute la directrice.

Sup'Biotech avait déjà déposé un dossier auprès de la CTI en 2013. À l'époque, la commission avait décidé de ne pas habiliter le cursus. "Notre dossier n'était alors pas aussi abouti, mais cela nous a permis de bien nous préparer pour cette seconde demande, de travailler sur nos points faibles ces trois dernières années. Nous avons, entre autres, recruté des chercheurs et renforcé les sciences de l'ingénieur au sein du cursus", précise Vanessa Proux. Prochaine étape : le renouvellement, en 2018.


Laura Makary | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires