Newsletter

Ingénieurs-commerce : l'ESC La Rochelle va ouvrir une école avec l’Eigsi

Étienne Gless
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sup de Co La Rochelle // DR
Sup de Co La Rochelle // DR

Temis. C'est le nom provisoire de la nouvelle école portée par l'ESC La Rochelle et l'Eigsi. Mêlant entrepreneuriat et technologie, elle ouvrira ses portes à la rentrée 2014. Une alliance de plus entre écoles de commerce et d'ingénieurs.

"Les entreprises ont besoin de cadres à l’interface des compétences des scientifiques, des techniciens et des gestionnaires". Présentant le 14 novembre 2013 le bilan et les perspectives de son groupe, Daniel Peyron, directeur général de Sup de Co La Rochelle, a dévoilé son projet de création d'une nouvelle école avec l'Eigsi (Ecole d'ingénieurs en génie des systèmes industriels), dont l'ouverture est prévue à la rentrée 2014.

Renforcement des liens entre les deux écoles

La collaboration n'est pas nouvelle puisque cela fait dix ans que les deux écoles ont un programme de formation commun dans le domaine du management industriel (Mind). Le lancement d'une école à part entière témoigne de la volonté "d’aller plus loin", explique Daniel Peyron. Le nom du projet ? Temis, pour Technology management entrepreneurship innovation school. Une appellation provisoire, le dépôt juridique de la marque étant en cours.

Durant un an, l'ESC et l’Eigsi ont recensé leurs forces respectives : "Nous avons la gestion, le management et la RSE, énumère Daniel Peyron. L’Eigsi, école d’ingénieurs généraliste, est quant à elle très avancée en matière d’énergie et possède un incubateur pour ce qui est de l’entrepreneuriat".

Un bachelor et un master ouverts à partir de la rentrée 2014

Côté formation, la nouvelle école proposera un bachelor autour des métiers de chargé d’affaires ou de chargé de projet industriel, tandis qu'un master formera des responsables de projet dans deux secteurs jugés particulièrement porteurs : l’énergie et l’économie numérique.

Il s'agit en effet, explique Daniel Peyron, de répondre aux besoins des entreprises, demandeuses de doubles compétences entrepreneuriales et technologiques pour leurs postes d’ingénieurs d’affaires, de responsables e-commerce, de consultants e-business ou encore d'architectes solutions IT.

La première année du master (M1) sera ouverte à la rentrée 2014, de même que la troisième année du bachelor (B3). C'est en 2015 que les étudiants pourront intégrer le niveau B1.

partenariat sur la Recherche et l'insertion professionnelle

Le partenariat entre les deux établissements rochelais portera aussi sur la recherche : "L’Eigsi va apporter son savoir-faire en matière de réponse à des appels d’offres européens tandis que nous la ferons bénéficier de notre expérience en matière de chaires d’entreprises", a observé Daniel Peyron. Son groupe en compte actuellement cinq et ambitionne de doubler ce chiffre à l'horizon 2020.

Dans le cadre de cette nouvelle école sera également créé un observatoire commun des compétences et des métiers à l’interface du management et de la technologie. "Nous voulons aller vers le concept d'école-observatoire, explique Daniel Peyron. C'est notre rôle de permettre à nos étudiants et à leurs professeurs de voir l'évolution des missions et des critères de performance dans les différentes professions".

avancer seul sans être isolé

Ce rapprochement avec l'Eigsi s’inscrit dans la stratégie de la business school qui souhaite densifier ses partenariats, plutôt que de suivre la tendance des fusions. Sup de Co La Rochelle a en effet choisi de ne pas intégrer France Business School, née du regroupement des ESC Amiens, Brest, Clermont et de l'ESCEM Tours-Poitiers. "Le projet était intéressant, j’adhérais même au concept. Mais nous préférons rester seuls, autonomes et pour ce faire structurer des alliances", rappelle Daniel Peyron.

Dans cette perspective, du côté de l'international, l'école se réjouit de l’obtention de l'accréditation AACSB en juin 2013. "Jusqu'ici, certains établissements ne voulaient pas travailler avec nous tant que nous n'étions pas AACSB. Depuis l'accréditation, les portes s’ouvrent plus grandement pour des échanges d'élèves, des doubles diplômes ou des projets de type summer school", constate Daniel Peyron.

Outre un élargissement du partenariat avec HEC-Montréal, "des accords sont également en passe d’être signés avec la Pittsburgh State University et l’Université Lafayette de Louisiane", ajoute Sarah Vaughan, directeur délégué en charge des accréditations et de l'internationalisation.


Étienne Gless | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires