Newsletter

TalentCampus : quand l'université s'intéresse au savoir-être

Cécile Peltier
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Proposée par le PRES Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec des entreprises, TalentCampus a été labellisée Idefi (Initiative d'excellence en formations innovantes), dans le cadre des Investissements d'avenir. Cette formation invite étudiants et salariés à révéler les "talents" liés à leur personnalité.

Des lycéens, des étudiants, des doctorants et des professionnels de tous âges, réunis pendant une douzaine de jours pour parler estime de soi ou gestion des émotions. La scène, un peu inhabituelle, se déroule du 1er au 12 juillet 2013 dans les locaux l’université de Bourgogne à Besançon dans le cadre du TalentCampus.
C’est la quatrième session de formation, depuis le lancement du concept l’été dernier, après que le projet a été labellisée Idefi (Initiatives d'excellence en formations innovantes) en mars 2012.

Cette "école" d’un nouveau genre, développée par le PRES Bourgogne Franche-Comté qui réunit les universités ainsi que les écoles d'ingénieurs et de managers des deux régions, en lien avec de nombreuses entreprises, propose des formations destinées à renforcer ses compétences sociales et comportementales : estime de soi, concentration, créativité, communication, esprit d’équipe, etc.

Demandées par les entreprises

"Très demandées par les recruteurs, elles sont souvent absentes des cursus universitaires, souligne Etienne Galmiche, directeur délégué du projet. Or, à compétence globale égale, une personne qui sait mobiliser ses aptitudes sociales va être plus efficace au travail ou s’insèrera plus facilement sur le marché."

Au programme de ces dix jours de formation : une première phase centrée sur la découverte des "talents" des participants, définis comme "1) une aptitude ou une compétence remarquée par mon entourage et 2),  quelque chose que je fais avec plaisir",  et une seconde axée sur l'acquisition des bons outils pour cultiver ces talents

volet recherche

Des outils pédagogiques susceptibles d’intéresser les rectorats et les universités. "Nous menons nos premières expérimentations sur ce territoire avec la vocation d’exporter le concept le plus vite possible, par exemple sous forme de licences d’exploitation", explique le directeur.

Le projet comprend aussi un volet recherche. Des enseignants-chercheurs vont suivre les participants dans la durée, afin de mesurer la manière dont se développent ces compétences.


Cécile Peltier | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires