Newsletter

Thierry Mandon : "L’enseignement supérieur et la recherche doivent devenir prioritaires"

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
La cérémonie d’installation de Thierry Mandon au secrétariat d'Etat à l'ESR a eu lieu le 17 juin, avec Najat Vallaud-Belkacem et Geneviève Fioraso
La cérémonie d’installation de Thierry Mandon au secrétariat d'Etat à l'ESR a eu lieu le 17 juin, avec Najat Vallaud-Belkacem et Geneviève Fioraso // ©  Denis Allard / R.E.A

Le passage de relais entre Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon a eu lieu mercredi 17 juin 2015. L'occasion pour le nouveau secrétaire d'Etat de promettre de défendre le budget 2016 de l'enseignement supérieur et de la recherche. 

"C’est un honneur et une chance de pouvoir m’occuper de ce magnifique secteur que je porte dans mon cœur depuis plusieurs années". Le nouveau secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche a pris ses quartiers rue Descartes dans l'après-midi, mercredi 17 juin 2015. Il s'est exprimé aux côtés de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et de Geneviève Fioraso, secrétaire d'Etat jusqu'au 5 mars 2015.

Rappelant son souci de la simplification - son ancien portefeuille - il a plaidé en faveur d'une véritable modernisation de l'action publique dans ses nouvelles fonctions. Avec une "exigence de qualité pour chacun", et comme "boussole pour tous".

Budget : Un combat "politique"

Concernant le budget 2016 en cours de négociation, Thierry Mandon a assuré vouloir se battre pour le défendre. "Ce n’est pas simplement un combat budgétaire mais politique, a-t-il confié. Les dépenses d’avenir doivent être prioritaires. L’enseignement supérieur et la recherche doivent devenir prioritaires, au même titre que le budget de la culture."

"Je suis comme vous très soucieux des difficultés des étudiants, des chercheurs, des établissements, des organismes, a-t-il affirmé également dans son discours. Mais je suis aussi absolument convaincu de l’excellence, des compétences et des atouts de notre recherche."

Il y a des choses à faire pour revitaliser le système.
(T. Mandon)

Moral en berne : "repartir du quotidien de chacun"

Quant au moral en berne de la communauté constaté par le baromètre EducPros 2015, avec 70% de sondés qui confient leur inquiétude pour l'avenir, Thierry Mandon s'est dit conscient de la situation. "Il y a des choses à faire pour revitaliser le système. Il faut partir de la vie quotidienne des étudiants et des chercheurs", a expliqué le nouveau secrétaire d'Etat, citant en exemple des charges administratives "surréalistes" pour des personnels répondants à des appels d’offres avec très peu d'élus à la clé.

"Il faut rendre leur place dans la société à tous ces hommes et ces femmes", a-t-il asséné dans son premier discours rue Descartes.


Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires