Trésors cachés des universités. La mue d’une ancienne fonderie à Mulhouse

De notre correspondant dans l'Est, Philippe Bohlinger
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université de Haute-Alsace : façade du campus de la fonderie © UHA
Université de Haute-Alsace : façade du campus de la fonderie © UHA
Une immense fonderie réhabilitée en campus couvert accueille, depuis 2007, les étudiants en sciences économiques, sociales et juridiques de l’UHA (Université de Haute-Alsace) à Mulhouse. Tout un symbole pour cette ancienne cité industrielle.

Université de Haute-Alsace - intérieur du campus de la fonderie © UHA"C’est une belle architecture de béton, très aérée, qui rappelle les structures en acier des gares parisiennes", résume Anne Mangano, directrice du patrimoine immobilier de l’UHA (Université de Haute-Alsace). Implantée au cœur de la ville, cette ancienne fonderie mécanique de 1924 accueille depuis septembre 2007 la faculté des sciences économiques, sociales et juridiques. Son impressionnante halle centrale, véritable nef, lui avait valu le surnom de "cathédrale" auprès des ouvriers mulhousiens.

Première originalité du site réhabilité : il s'agit d'un campus entièrement couvert de 20.000m² comprenant salles de cours, amphis, bibliothèque et resto U. Il forme le pendant central du campus "à l’américaine" de l’Illberg, installé en périphérie de ville. Traversé par trois rues intérieures, le bâtiment bénéficie d’un agréable éclairage naturel apporté par les sheds, les fameuses toitures typiques de l’industrie textile. Toutefois, les dents de scie caractéristiques de cette architecture sont ici adoucies en demi-ronds et certaines accueillent désormais des panneaux solaires.

Seconde originalité, le bâtiment, détenu en copropriété par l’UHA et la ville de Mulhouse, abrite également le centre d’art contemporain Kunsthalle et les archives municipales.

Surtout, cette réhabilitation HQE (haute qualité environnementale) d’un montant de 38 millions d’euros se veut un hommage au passé industriel de cette ville qualifiée de  "Manchester français" au XIXe siècle. "Mulhouse s’est développée autour de l’industrie des indiennes, des tissus peints ou imprimés. Cette activité a entraîné l’essor des industries mécanique et chimique", rappelle la directrice du patrimoine immobilier.

Ancienne propriété de la Société alsacienne de constructions mécaniques (SACM), la fonderie a contribué à la construction de machines textiles et de locomotives, entre autres. En dehors du campus, sa mémoire subsiste également dans le nom d’un grand groupe industriel français, Alstom, contraction d’Alsacienne et Thomson.

En définitive, la réhabilitation du site industriel comble un manque à Mulhouse : aucun site industriel n’avait été réhabilité en vue de garder une trace de cette riche histoire.

Université de Haute-Alsace - archive de l'ancienne fonderie © UHA
Université de Haute-Alsace - archives de l'ancienne fonderie © UHA

Lire aussi
Les autres articles de notre série "Trésors cachés des universités"

De notre correspondant dans l'Est, Philippe Bohlinger | Publié le