Newsletter

L'École du paysage intègre l’Insa Centre-Val de Loire

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'École nationale supérieure de la nature et du paysage, désormais département de l'Insa Centre-Val de Loire
L'École nationale supérieure de la nature et du paysage, désormais département de l'Insa Centre-Val de Loire // ©  Christophe Le Toquin

Depuis le 1er janvier 2015, l’ENSNP n’existe plus. L’établissement spécialisé en paysage, situé à Blois, devient un département de l’Insa Centre-Val de Loire. Un changement d’identité qui s'accompagne d’une transformation du diplôme délivré.

Le 1er janvier 2014, l'ENI Val de Loire et l'Ensi Bourges fusionnaient pour donner naissance à un sixième Insa. Il aura fallu attendre une année de plus pour voir l'ENSNP les rejoindre. Ce projet d'intégration n'est pas nouveau : dès 2012, il apparaissait en filigrane dans la feuille de mission de Jean-Marie Castelain, aujourd'hui directeur de l'Insa Centre-Val de Loire, alors chargé d'étudier la faisabilité du projet.

Depuis le 1er janvier 2015, l'école spécialisée en paysage devient donc un département de l'Insa. Elle conserve ses locaux, situés sur le site historique de la chocolaterie à Blois, ainsi que l'ensemble de son personnel. Marc Claramunt, à la tête de l'école, devient directeur du département.

Un Diplôme d'état au lieu du diplôme d'ingénieur

Autre changement de taille pour l'ENSNP, qui forme chaque année 150 élèves : le département ne délivrera plus un diplôme d'ingénieur, comme c'était le cas jusqu'à présent, mais le tout nouveau diplôme d'État de paysagiste, créé par décret en novembre 2014. La première promotion titulaire de ce DE sortira de l'Insa en 2019.


Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Nicolas.

Il s'agit bien d'un abandon du titre. La CTI a proposé un certain nombres d'évolution à l'école (integration a l'INSA associée à 2 années de propedeutique commune à toute les ecoles d'ingé de l'INSA (maths, physique,etc...)) qui l’obligeait à perdre la qualité d'un cursus pédagogique progressif sur 5 ans (stage long à l'étranger, cours de projets, cours de dessin, de photo, de botanique, de tracés ,etc... durant les 2 premières années). Le conseil d'administration à donc voté pour l'abandon du titre afin de conserver sa qualité pédagogique tout en regrettant la perte d'un diplôme d'ingénieur auxquels les étudiants et les enseignants avaient pourtant manifesté un véritable attachement. L'intégration dans l'INSA ce justifie, mais la manière de procéder a forcé à la perte d'un titre pourtant amplement mérité.

Henri.

L'intégration à un nouvel INSA est parfaitement défendable. L'abandon du diplôme d'ingénieur l'est moins.

Thierse.

Un petit trou de mémoire : Quelle est la différence entre un diplôme d'ingénieur et un diplôme d'Etat. Je pensias que le diplôme d'ingénieur était un diplôme d'Etat.Une Ecole s'est transformée en INSA en gardant ses deux formations : Ingénieur et le seul diplôme d'architecte de l'Education Nationale et en complément un double cursus possible.

Jean-Baptiste.

Il ne s'agit pas à proprement parler d'un abandon du diplôme d'ingénieur : l'habilitation de la CTI n'a pas été renouvelé en mai 2013, l'école s'est alors orienté vers le DE. cf http://www.cti-commission.fr/IMG/pdf/ensnp_orleanstours_avis_20130504.pdf