Une circulaire plus souple pour le travail des diplômés étrangers

Timothée Brisson
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Après l'abrogation de la circulaire Guéant , le nouveau texte qui régit les conditions d'accès au marché du travail des étudiants étrangers diplômés d’un établissement français vient d'être rendu public.

Les ministres Valls (Interieur), Sapin (travail, emploi, formation professionnelle et dialogue sociale) et Fioraso (enseignement supérieur et recherche), ont établi conjointement cette nouvelle circulaire. Elle ordonne aux préfets de faciliter la délivrance d’un titre de séjour aux étudiants étrangers pour leur permettre d’acquérir une première expérience professionnelle dans l’Hexagone.

Des atouts pour les entreprises

« L’accueil des étudiants étrangers participe au rayonnement de la France, argumentent les signataires, ils sont des atouts pour nos entreprises qui souhaitent bénéficier des meilleures compétences et s’ouvrir à de nouveaux marchés. »

La circulaire rappelle aux préfets qu’un titre de séjour de 6 mois doit être délivré à l’étudiant à compter de la date d’obtention de son diplôme. Une promesse d’embauche ou un emploi déjà effectif suffisent pour remplir cette formalité, même avant d’avoir validé l’année universitaire. D’autre part, il est précisé que les délais de traitement ne devront pas excéder deux mois, pour ne pas pénaliser les diplômés dans leur prise de poste.

Lire le texte de la nouvelle circulaire

Pas de renouvellement automatique des titres de séjour, déplore la CDEFI

La Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs se félicite de l’abrogation de la circulaire Guéant, mais déplore que ne soit pas prévu le renouvellement automatique du titre de séjour en cas d’emploi pérenne. Elle souligne également le besoin de repenser l’attractivité internationale de la France, notamment sur le plan législatif, pour gagner en compétitivité.


Timothée Brisson | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires