Une fusion entre l'ENSTA Paris et l'ENSTA Bretagne attendue en 2024

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'ENSTA Paris va fusionner avec l'ENSTA Bretagne à l'horizon 2024
L'ENSTA Paris va fusionner avec l'ENSTA Bretagne à l'horizon 2024 // ©  Jérémy Barande
L'ENSTA Paris et l'ENSTA Bretagne projettent de fusionner à l'horizon 2024. Les deux écoles d'ingénieurs souhaitent additionner leurs forces pour répondre aux enjeux d'attractivité et atteindre un nombre de 2.000 étudiants et 300 enseignants-chercheurs.

La fusion administrative entre l'ENSTA Paris et l'ENSTA Bretagne est prévue au 1er janvier 2024. Le ministère des Armées, tutelle des deux écoles d'ingénieurs, a confirmé son intérêt pour le projet. Il permettra de rendre la marque ENSTA plus attractive, à l'échelle nationale comme internationale.

Ce nouvel établissement portera le nom d'ENSTA et conservera ses deux campus à Brest (Finistère) et Palaiseau (Essonne). Il rassemblera 2.000 étudiants, 300 enseignants-chercheurs, 300 doctorants et 9 laboratoires de recherche. La première rentrée d'un seul et unique cycle ingénieur aura lieu en septembre 2025. Le recrutement des élèves-ingénieurs adossé au concours commun Mines-Ponts est visé.

"Nous avons mené une approche assez classique en associant l'ensemble des parties prenantes de nos deux écoles. Nous avons identifié les atouts, les points d’attention et les risques inhérents à ce type de projet. Un rapport a été présenté aux instances des deux établissements ainsi qu’à notre tutelle", explique Elisabeth Crépon, directrice générale d'ENSTA Paris.

E. Crépon (ENSTA Paris) : "Nous allons afficher de manière forte notre appartenance à l'IP Paris"

Combiner les synergies sur le plan académique des deux ENSTA

Les deux écoles d'ingénieurs interviennent dans des secteurs d’innovation et de hautes technologies en premier lieu desquels les transports et mobilités, les énergies durables, le maritime, la défense et sécurité, le numérique au service de l’ingénierie. "Nous allons continuer à former des ingénieurs du corps de l’armement en leur offrant des compétences encore plus pertinentes et donc de meilleure qualité dans leur application", avance Bruno Gruselle, directeur général d’ENSTA Bretagne.

Cette fusion permettra de créer une synergie au niveau des domaines de formation et des compétences. "Ce qui est vraiment important c’est de conforter nos expertises académiques, notamment dans le domaine de la mécanique et de la robotique. Il faut améliorer l'adéquation de nos formations avec les entreprises et la société", complète Elisabeth Crépon. Des options différentes disponibles à partir de la troisième année seront présentes sur chacun des deux campus.

Des concertations avec l'Institut Polytechnique de Paris

Ce projet de fusion vise à participer au développement de l'Institut Polytechnique de Paris (IP Paris) dont l'ENSTA Paris est l'un des membres fondateurs. "Un des objectifs de la fusion est de mettre en résonance nos compétences pour renforcer notre offre de formation. Nous avons identifié les éléments clés de succès mais on doit encore approfondir cela avec nos partenaires d'IP Paris", résume Elisabeth Crépon. Le ministère des Armées prendra sa décision à la fin de l'année 2022.


Clément Rocher | Publié le