Universités : un pilotage en progrès

Morgane Taquet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Les universités se sont dotées d'outils d'aide à la décision, même si leur systèmes d'information pèche encore, selon une étude du cabinet de conseil Ernst & Young à paraître le 4 décembre.

La quasi totalité des universités (91%) déclarent disposer d'une structure de pilotage (stratégie de contrôle de gestion et d'aide à la décision), mais au niveau de la gouvernance, seulement 35% des établissements ont un vice-président chargé de cette question. C'est l'un des enseignements de l'étude rendue publique par le cabinet E&Y le 4 décembre 2014. 23 établissements ont été interrogés au premier semestre 2014 à travers un questionnaire de 80 questions.

Si la mise en place d'outils de pilotage est induite par la loi LRU, trois quarts des établissements déclarent avoir mis en place ces politiques suite à un rapprochement ou une fusion avec un autre établissement.

Parmi les 23 établissements interrogés, six se distinguent plus particulièrement par la forte évolution de leur pilotage, indique E&Y sans citer de noms. Parmi les facteurs communs en progrès : une institutionalisation du pilotage, une stratégie de système d'information globale, et le fait que ces établissements faisaient partie de la première ou seconde vague de passage aux RCE (Responsabilités et compétences élargies).

DES SYSTÈMES D'INFORMATION INSUFFISANTS ET INADAPTÉS

Le pilotage des ressources humaines est celui qui a le plus évolué, avec 91% des établissements estimant que l'évolution a été significative, alors que le pilotage de l'immobilier et des systèmes d'information arrive en 3e et 4e préoccupations des établissements. Si les EPSCP (Etablissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel) sont relativement bien équipés en SI, 70% des établissements déclarent ne pas disposer des systèmes d'information nécessaires, jugeant leurs outils "insuffisants et inadaptés".

En termes d'accompagnement, l'immense majorité des établissements dit ne pas avoir eu recours à un référentiel national de pilotage, mais plus de la moitié indique avoir bénéficié de l'appui de l'Amue et/ou des tutelles.


Morgane Taquet | Publié le