Écoles de commerce : vers un Sigem des admissions sur titre ?

Cécile Peltier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Les concours d'entrée devront-ils subir un lifting pour s'adapter à la réforme du baccalauréat ?
Les admissions sur titre représentent désormais la majorité des effectifs recrutés en écoles de commerce. // ©  Jessica Gourdon
C'est un serpent de mer... Dans les tuyaux depuis plus d'une décennie, l'idée d'un Sigem des admissions parallèles en écoles de commerce revient sur le tapis. Un groupe de travail réfléchit au sein du Chapitre des écoles de management aux modalités d'une harmonisation, tandis que Ecricome propose la création d'un label.

Harmoniser ses pratiques des écoles en matière d'admissions parallèles, voire, mieux, un "Sigem" des admissions sur titre. L'idée dans l'air depuis une dizaine d'années et chère à Jean-François Fiorina, qui l'a portée avec ardeur quand il était président de Passerelle, ressurgit.

Les admissions sur titre, qui représentent désormais la majorité des effectifs recrutés en écoles de commerce, sont un enjeu majeur pour ces établissements. Contrairement au recrutement des prépas, très cloisonné, elles font face sur ce marché à la concurrence des universités et plus largement des établissements étrangers.

Mais l'opacité règne. Pas moins "d'une trentaine de concours coexiste aujourd'hui", estime Patrice Houdayer, directeur des programmes de l'international et de la vie étudiante de Skema.

"Chaque école recrute de façon différente selon ses spécificités : à bac + 2, bac + 3, voire bac + 4, de manière indépendante ou à travers des banques d'épreuves, sur une ou plusieurs sessions, ou au fil de l'eau, selon des systèmes d'affectations différents..." décrit Jean-Guy Bernard, président de la banque d'épreuves Passerelle.

L'idée est donc de gagner en lisibilité, de faciliter le choix et l'affectation des candidats un peu perdus dans ce paysage éclaté. Mais aussi d'éviter les effets de cannibalisation entre écoles, dont les pratiques de "surbooking".

Un groupe de travail au sein du Chapitre

Première initiative qui va dans le sens d'une harmonisation des pratiques : la création,  à l'été 2015, d'un groupe de travail sur les admissions sur titre au sein du Chapitre des écoles de management. Il vient de réaliser un inventaire des pratiques en vigueur en matière de concours (dates, montant des acomptes, etc.).

"L'idée est de partager ces informations afin d'identifier d'éventuelles situations de blocage et d'essayer de les lever en vue des prochaines sessions. Les concours ont-ils lieu le même jour ? Les dates limites à partir desquelles les étudiants ne peuvent plus récupérer leurs acomptes sont-elles compatibles d'une école à l'autre afin de ne pas les mettre en difficultés ? etc.", précise Jacques Chaniol, directeur de l'Inseec BS, qui anime la Commission amont et concours de l'instance.

Les membres du Chapitre ont notamment accepté pour la première fois de communiquer le nombre de places ouvertes aux concours en admissions parallèles. Une première étape importante : "Toutes les écoles disent ainsi qu'elles sont prêtes à une plus grande transparence", se félicite Patrice Houdayer.

Trouver un consensus

Même si la mise en place d'un Sigem des admissions sur titre n'est pas pour tout de suite, l'idée est dans toutes les têtes. Reste à savoir comment. "C'est faisable en deux ans. Nous avons les outils, la principale difficulté sera de créer un consensus", remarque Thomas Froehlicher, président depuis le 17 décembre 2015 de Ecricome, la banque qui gère Tremplin.

"Un chantier énorme", pour Jean-Guy Bernard qui plaide pour une stratégie des petits pas, en s'appuyant dès maintenant sur les deux principales banques existantes, Passerelle et Tremplin, avant d'envisager un système plus large.

"Nous avons commencé à discuter des conditions possibles d'un rapprochement avec nos collègues de Tremplin. Nos deux banques, assez anciennes, ont déjà travaillé sur le sujet dans le passé. Nous pourrions, par exemple, commencer par une harmonisation des dates d'affectation...", justifie le directeur de l'EM Normandie. Et d'ajouter : "Mais la discussion n'est pas exclusive et si d'autres écoles souhaitent nous rejoindre, elles seront les bienvenues."

Un label commun ?

Thomas Froehlicher veut mettre d'emblée d'autres écoles dans la boucle. "Il faut former un noyau dur constitué d'une grosse majorité des acteurs du Chapitre", explique-t-il. Dans un communiqué du 6 janvier, Ecricome appelle ceux qui le souhaitent à se mettre d'accord sur "un calendrier commun de publications, un nombre concerté de rappels de candidats durant l'été suivant les concours, des règles transparentes sur les prises de position des candidats et une uniformisation des conditions de versement d'acompte et de démissions croisées."

"On pourrait initier ça avec un label 'Family friendly', indiquant qu'un certain nombre d'écoles ont accepté de s'entendre sur ces critères, ce qui permettrait de se rassembler progressivement", ajoute Thomas Froehlicher.

Une idée qui, visiblement, laisse une partie de ses collègues songeurs. "C'est du réchauffé, on ressort l'idée chaque année, confie un directeur présent lors de l'assemblée générale du Chapitre du 6 janvier. Elle ne fonctionnera pas, car elle n'a pas été prise par le Chapitre." Quel que soit le modus operandi, un outil d'affectation unique est souhaitable, estime Jean-François Fiorina, directeur adjoint de GEM : "L'accouchement de Sigem s'est fait dans la douleur, mais il a bien pacifié le système..."
 

Les admission parallèles décryptées
Près de la moitié des écoles de commerce de la CGE (post-prépa essentiellement, mais aussi quelques post-bac) passent par une banque d'épreuves communes pour recruter leurs AST.

La plus grosse, Passerelle (1 et 2) est utilisée par 12 établissements : EDC Paris Business School, EM Normandie, EM Strasbourg, ESC Dijon, ESC La Rochelle, ESC Pau, ESC Troyes, Grenoble École de Management, Montpellier Business School, Rennes School of Business, Novancia Business School Paris et Télécom École de Management.

Les concours Tremplin (1 et 2), gérés par Ecricome, fédèrent l'ICN Nancy, Neoma BS et Kedge BS.

Ambition + permet d'intégrer quatre écoles post-bac à bac + 2 ou 3 : l'EBS Paris, l'ESCE, L'Ipag Business School et PSB Paris School of Business (ex-ESG MS).

Les autres écoles (Audencia, l'Edhec, l'EM Lyon, l'ESC Europe, l'ESSEC, HEC, Skema, TBS, Iéseg...) recrutent sur des concours indépendants.

Cécile Peltier | Publié le