A Angers et Nantes, Transver’sup pour prendre le temps de réfléchir à son orientation

M.Oui
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université de Nantes - Façade fac de lettres - © Mathieu Oui 2012
Université de Nantes - Façade fac de lettres - © Mathieu Oui 2012 // ©  Mathieu Oui 2012
Initié dans le cadre du fonds d’expérimentation pour la jeunesse, le dispositif Transver'sup permet aux décrocheurs de mûrir leur orientation pour mieux reprendre leurs études.

Transver'sup est l'un des douze projets retenu lors de l'appel à projets de Martin Hirsch en 2009 sur la lutte contre le décrochage. Il a ainsi bénéficié d'un financement de 300.000 € sur trois ans du fonds d'expérimentation pour la jeunesse (Ministère de la jeunesse et des sports). D'abord expérimenté à Angers en 2009, il a été étendu en 2011 à l'université de Nantes. Cette année, ce sont 144 étudiants (72 pour chaque université) qui sont touchés. Alors que le financement venait à terme fin 2012, il a été exceptionnellement prolongé pour l'année universitaire en cours, à travers un financement sur ressources internes.

Un système en deux phases

Le dispositif s'articule en deux phases. Une première partie durant le semestre 1 qui consiste au dépistage des étudiants en fragilité et aux premières mesures de remédiation (réorientation par exemple). A ce stade, la mise en place des enseignants-référents par le Plan réussite en licence, a eu l'avantage de permettre un meilleur repérage de potentiels décrocheurs.

Douze heures hebdomadaires d'accompagnement

Dans la seconde phase, qui commence en janvier, les étudiants sont regroupés par groupe de douze pour un accompagnement personnalisé, à raison d'une douzaine d'heures hebdomadaires. "Ils travaillent sur leur projet professionnel, sur leurs techniques d'expression, ils peuvent rencontrer des responsables de ressources-humaines et faire des stages en entreprise" explique Franck Rexand-Galais, le directeur du SUIO-IP de l'université d'Angers. C'est l'occasion pour ces étudiants de postuler à nouveau sur APB, cette fois en ayant vraiment préparé en amont leur projet. De fait, les 2/3 des étudiants ayant suivi le parcours reprennent une formation universitaire l'année suivante."

Retrouver ses repères

Ce dispositif leur donne le temps de vraiment réfléchir à leur orientation et de retrouver leurs repères dans l'enseignement supérieur" juge le directeur du SUIO. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Transver'sup concerne une majorité de bacheliers généraux, certains ayant même obtenu leur bac avec mention. "Ce sont des étudiants qui, pour une raison ou pour une autre, sont passés à côtés du système d'information-orientation quand ils étaient en terminale" conclut Franck Rexand-Galais.

Selon une enquête portant sur la promotion 2010-2011, après le suivi de Transver'sup, 76% sont en poursuites d'études ou formation complémentaire l'année suivante, 15% sont en emploi et 3,4% en recherche d'emploi. Dans les commentaires libres des participants sur ce que leur a apporté le dispositif, figurent souvent l'expression de temps de réflexion et de maturation du projet d'orientation.


M.Oui | Publié le