Newsletter

Aix-Marseille université : la fusion éclair du service communication

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Aix-Marseille université : la fusion éclair du service communication

Premier service central fusionné d’AMU (Aix-Marseille université) début 2012, la communication fait figure d’exception : les personnels des trois universités ont été réorganisés en un seul service… en moins de trois mois. Bilan un an après.

À toute allure. Les services communication des trois universités sont les premiers départements centraux à avoir fusionné, en quelques mois seulement. «L’information était stratégique pour réussir notre grande université. D’où ce choix de fusionner immédiatement la communication», expose Yvon Berland.

Sitôt le président de l’université unique élu début 2012, s’est mis en branle le processus. «Il fallait très vite déployer l’identité AMU, mettre en place les nouveaux supports, poursuivre les newsletters, le site Internet… Nous avons foncé la tête dans le guidon, ce qui a permis de ne pas trop réfléchir. Et cela a abouti mi-février 2012», raconte Aude Castille, directrice adjointe, originaire d’U1 (Aix-Marseille 1). La «communication» a emménagé au Pharo.

Un nouvel organigramme

Aix-Marseille université - Une partie de l'équipe communication - site du Pharo - décembre 2012 – ©Camille StromboniLe service compte désormais 20 personnes (vice-président communication, directrice, directrice adjointe, chargé de communication, graphiste, secrétaire…), installées dans le bâtiment du Pharo à Marseille, sauf les 6 personnels de Télé AMU, basés à Aix. Budget 2012 : 350.000 euros. Chaque université comptait auparavant entre 3 et 8 personnels sur ce segment.

Comment ont été redéfinies les missions de chacun ? Après l’élection d’Yvon Berland début 2012, Delphine Bucquet (originaire d'U2) a été nommée directrice du service. Pas de guerre des chefs : les responsables les plus haut gradés en communication d'Aix-Marseille 1 et 3 avaient quitté leurs fonctions (l'une bien avant, la seconde en janvier 2012).

L’ensemble des personnels a été reçu en entretien individuel, avant de déterminer le nouvel organigramme. Avec une règle importante : pas de mobilité forcée. Résultat : tous ont accepté de déménager au Pharo, hormis deux personnels d’Aix-Marseille 3, qui ont été replacés dans les composantes.

Aix-Marseille université - Delphine Bucquet - décembre 2012 – ©Camille StromboniCôté fonction, «tous souhaitaient conserver une mission transversale, explique Delphine Bucquet. Nous avons donc mis en place un système de majeure/mineure.» Chacun continue ainsi de travailler sur du rédactionnel, de l’événementiel et du marketing/plan media… à différentes doses.

Établir le lien avec les responsables com’ des composantes

Et la mayonnaise a pris. «L’ambiance est là, sourit Aude Castille. Ce n’était pourtant pas simple. Même si nous travaillions déjà souvent en “inter-u” (entre universités), beaucoup ne se connaissaient pas. Il a fallu établir une cohésion, accepter une nouvelle directrice, un nouveau président, changer de manière de travailler… Cela s’est bien passé parce que nous continuons de faire notre cœur de métier. Il y a peut-être eu des déceptions, mais cela s’est vite apaisé, et ça roule maintenant.»

«Finalement, les tensions et les peurs, c’était surtout en décembre, avant de savoir ce qui allait se passer», résume Delphine Bucquet.

Prochain chantier en cours : installer le mode de fonctionnement avec les correspondants «communication» de chaque composante, situés sur les différents sites d’AMU. «Nous travaillons déjà ensemble, confie Aude Castille. Il y avait un peu de méfiance au départ, avec la peur que nous pourrions les “fliquer”. En fait, c’est tout l’inverse, nous répondons à leurs demandes. Nous sommes d’ailleurs maintenant victimes de notre succès auprès d’eux.»


Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires