Newsletter

BAROMÈTRE. Parcoursup : quel impact sur vos conditions de travail ?

La rédaction d'EducPros
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Enseignants, personnels administratifs... La mise en place de Parcoursup aura rythmé votre année universitaire. Quel en a été l'impact sur votre charge de travail ? Sur le climat dans votre établissement ? Quel est votre avis sur la nouvelle procédure d'admission postbac ? EducPros vous donne la parole. Et cela ne vous prendra pas plus de deux minutes !

Comment avez-vous vécu le déploiement de Parcoursup au sein de votre établissement ? Point de vue sur la réforme, répercussions sur vos conditions de travail et le climat de votre établissement… Alors que la nouvelle plate-forme tournera à plein régime à partir du 22 mai 2018, la rédaction d'EducPros recueille votre avis.


La rédaction d'EducPros | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
BERTRAND Giles.

Pour avoir participé à une commission des voeux je puis dire ceci: - d'un côté le surcroît de travail n'est pas monstrueux pour les enseignants "usagers" si la commission a été bien préparée (une journée peut suffire), et l'avantage est de partager un peu plus que par le passé le travail avec les enseignants du secondaire qui ont eu un contact quotidien avec les élèves de terminale: cela favorise les passerelles entre le lycée et l'université; il est en outre intéressant que les étudiants soient prévenus du renforcement qu'on leur propose au vu de leurs difficultés dans le secondaire (oui si en un an, oui si sur deux ans) - de l'autre côté la machinerie mise en place présuppose un haut degré d'expertise du maniement des instruments informatiques, tant pour le paramétrage que pour traiter de manière rationnelle les dossiers individuels: or ce n'est pas dans la fonction d'un enseignant-chercheur qui par définition n'est pas un informaticien (à chacun son métier) et cela entraîne des questionnements multiples: 1) sur l'opacité de l'instrument (quels usages en sera-t-il fait pour redistribuer autoritairement la carte des enseignements? pourquoi ne pas communiquer le 1er voeu des lycéens aux universités, au risque de développer le sentiment que ces dernières sont manipulées par les rectorats?) 2) sur l'inutilité du travail s'agissant des filières non surchargées 3) sur les moyens (non) mis à disposition des Ufr alors que la mise en place de cette procédure a été dévoreuse en réunions préparatoires et implique une surcharge de travail, sans parler des effets médiatiques négatifs créés par l'impression d'un renforcement de la sélection dans un système en fait déjà très sélectif (grandes écoles/universités de rang A/de rang B, etc) 4) sur l’absence de communication claire des autorités quant aux enjeux et aux précautions prises pour garantir contre les dérives possibles du système