Webometrics 2010 : les universités africaines dominées par l’Afrique du Sud

Fabienne Guimont
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Comment les universités africaines se placent dans le classement régional 2010 (janvier) du Webometric s ? Premier constat : seule la moitié des 53 pays du continent figure dans ce classement qui mesure la visiblité de la recherche des établissements sur le Web.

L’Afrique australe, et en particulier l’Afrique du Sud, dominent les autres pays classés en termes de performance. L’Afrique du Nord – Égypte en tête – se classe première sur le nombre d’universités représentées. Si l’Afrique de l’Est tire son épingle du jeu avec 11 universités classées, l’Afrique centrale est absente. Dans le dernier numéro de la span style="font-style: italic;">Revue internationale d’éducation du CIEP, le professeur Abdou Karim Ndoye de l’UCAD (université Cheick Anta Diop de Dakar) y voit « la preuve d’une fracture numérique plus vaste que prévue entre les universités de l’Afrique australe et celles de l’Afrique de l’Ouest. [...] Seule l’UCAD [15e] sauve l’honneur des universités francophones qui sont généralement confinées au fond du sac du classement africain. » Une analyse confortée par le dernier classement paru en juillet 2010 où l’université dakaroise gagne une place.

Les universités francophones pénalisées par leur modèle

Si le professeur Ndoye souligne la prime donnée aux universités anglophones par ce classement en raison de la recherche en anglais davantage valorisée dans les revues scientifiques internationales, il relève aussi une faiblesse propre aux universités francophones.
« Héritées du système d’enseignement supérieur français, la structure des universités francophones d’Afrique de l’Ouest a gardé, en général, une certaine dispersion des organismes de recherche et donc un certain émiettement des chercheurs et des publications », écrit-il. A fortiori, les universités anglophones ont l’avantage d’être plus fortement dotées avec des financements appuyés sur des fondations abondées par des fonds privés.

Le Pr Ndoye propose trois mesures prioritaires pour faire progresser les universités africaines dans les classements : rechercher davantage de ressources, se concentrer sur certaines disciplines (ingénierie, informatique, logiciel, biologie, sciences naturelles, sciences médicales et pharmaceutiques) et construire des parcs technologiques avec des entreprises.

Fabienne Guimont

7 octobre 2010

En savoir plus

Top 100 des universités africaines (juillet 2010)
Top 100 des universités sud-africaines (juillet 2010)


Fabienne Guimont | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires