Classement du CHE : huit universités françaises au rang de l’excellence européenne dans les sciences humaines

Marie Luginsland
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Classement du CHE : huit universités françaises au rang de l’excellence européenne dans les sciences humaines
C’est la saison des classements dans l’enseignement supérieur. Juste avant la publication du classement de Shanghai 2009, le CHE (Centrum für Hochschulentwicklung) allemand a rendu public le 29 octobre les résultats de son cru 2009. Avec de bonnes nouvelles pour les universités françaises.

Comme il l’avait annoncé lors de l’édition 2008 du CHE, l’institut allemand de Gütersloh s’est concentré cette année sur les sciences humaines. Une orientation nouvelle pour le CHE (Centre pour le développement du système d’éducation supérieure) qui, après s’être concentré pendant longtemps sur les pays germanophones, avait fait une percée en 2007 dans le paysage d’excellence européen . Il s’en était cependant tenu jusqu’à présent aux seuls établissements en sciences naturelles (biologie, chimie, physique et mathématiques).

Pour l’édition 2009 du classement d'excellence du CHE , plus d’une centaine d’entités de l’enseignement supérieur européen proposant des masters ou des doctorats en économie politique, en psychologie et en sciences politiques ont été passées au crible. Huit établissements supérieurs français ont été élus dans le groupe d’excellence. Dans la filière économie se sont qualifiées l’USTL (université des sciences et technologies de Lille), l’université Paris-Dauphine, l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, l’université Paris-Nord 13 et l’université Toulouse 1. L’université de Provence-Aix-Marseille 1, l’université Lumière-Lyon 2 et l’université Paris-Descartes sont quant à elles arrivées en tête de la sélection psychologie.

L’ouverture internationale et la mobilité comme critères

La qualité de la recherche (nombre de publications et de citations) dans ces établissements a fortement contribué à leur élection. Cependant, le CHE n’a pas négligé d’autres critères tels que l’orientation internationale évaluée sur la base des masters Erasmus Mundus et de la mobilité des étudiants et des enseignants.

Le classement d'excellence 2009 du CHE publié dans l’hebdomadaire Die Zeit du 29 octobre a même intégré de nouvelles donnes comme les conditions d’admission et les possibilités de logement sur les campus respectifs. Autre fait nouveau : alors que les associations d’étudiants allemands avaient par le passé critiqué le CHE pour son manque de consultation des principaux intéressés, cette année, les étudiants ont été invités à évaluer leurs conditions d’études à l’adresse de leurs éventuels successeurs.


Marie Luginsland | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires