Comment les ENS développent des parcours pour répondre au défi de la transition environnementale

Juliette Chaignon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
École normale supérieure de Rennes // DR
L'ENS de Rennes a créé en 2022 un département "sciences de l'environnement".
Pour mieux former les étudiants et futurs chercheurs aux enjeux de la transition environnementale, les écoles normales supérieures étoffent leurs programmes.

Attendues et en réflexion depuis plusieurs années, de nouvelles formations consacrées à l’étude des sciences environnementales et des transitions écologiques se développent dans les ENS. Que ce soit pour développer la recherche ou diffuser ces questions dans les formations, chaque ENS propose différents modules.

L'écologie bientôt intégrée aux programmes des universités ?

Encourager la recherche et l'innovation sur les transitions écologiques

À Rennes, un nouveau département de "sciences pour l’environnement" a vu le jour en 2022, réunissant des enseignants en sciences quantitatives comme en sciences humaines et sociales. Et pour encourager l’innovation et la recherche, l’ENS Rennes a même créé un nouveau parcours pour la rentrée 2022.

Le PhD Track, formation de cinq ans, démarre au niveau master pour préparer un doctorat sur le sujet des "transitions environnementales". Ce parcours, réservé à des étudiants de haut niveau académique et motivés par les défis environnementaux, allie une formation dans un master de sciences environnementales (géologie, écologie, économie, hydrologie…) en partenariat avec l’Institut Agro Rennes ou l’Insa Rennes et une formation à l’ENS Rennes sur la recherche et le travail interdisciplinaire.

L’objectif est clair : "travailler ensemble sur une problématique en mettant en commun ses compétences et sa culture différente", explique Jean-Raynald de Dreuzy, vice-président recherche de l’école. Les cinq étudiants de la première promotion seront rémunérés par une bourse de 1.000 euros mensuel, afin d’offrir des conditions de travail "optimales".

Ce parcours est très orienté recherche, avec l’idée que les étudiants disposent des connaissances les plus récentes sur ces sujets. (C. Lartigue, ENS Paris-Saclay)

L’ENS Paris-Saclay, signataire en 2021 de la convention pour la transition des établissements du supérieur (dit accord de Grenoble), prépare une année de recherche en sciences pour les transitions écologiques pour la rentrée 2023. Cette année, diplômante, sera accessible à 24 élèves à partir du niveau Master I. "Ce parcours est très orienté recherche, avec l’idée que les étudiants disposent des connaissances les plus récentes sur ces sujets", explique Claire Lartigue, vice-présidente chargée de la formation à l’ENS Paris-Saclay.

J. Jouzel, L. Abbadie : "Face au changement climatique, l’enseignement supérieur aura un rôle majeur à tenir"

Les nouveaux parcours dédiés aux transitions prisés des normaliens

Le cursus prévoit aussi des lectures accompagnées des rapports scientifiques de référence. En plus d’une formation sur les enjeux scientifiques des transitions environnementales et les politiques publiques associées, l’année de recherche comportera un projet interdisciplinaire et un semestre de stage.

De son côté l'ENS Lyon propose, depuis la rentrée 2022, à ses élèves de dernière année de suivre un nouveau module sur la transition écologique et la recherche. "L’idée est de donner une vision plus globale sur le monde de la recherche en lien avec les problématiques environnementales", explique Cyril Charles, adjoint, "c’est dans ce nouveau module que nous avons le plus d’inscrits".

Des diplômes en sciences pour l’environnement

Depuis 2010, l’ENS-PSL propose, de son côté, une "mineure environnement" délivrée par le Centre de formation sur l’environnement et la société (CERES). Ce programme, attestant un parcours interdisciplinaire, exige de valider 24 crédits ECTS, de suivre un stage et conduire un projet. Si le nombre d'élèves qui valident cette mineure reste faible, les cours électifs proposés par le CERES sont suivis pour certains par une centaine de normaliens. Et depuis quelques mois, le centre propose un répertoire des cours de l’ENS-PSL liés aux transitions environnementales.

À l’ENS de Lyon, c'est un nouveau parcours intitulé "Systèmes socio-écologiques : héritages, dynamiques, gestion" qui a fait son apparition dans la maquette du master Gestion de l’environnement en septembre dernier. Les étudiants peuvent également suivre un bachelor Sciences & société, après un recrutement post-bac. Ce cycle pluridisciplinaire d’études supérieures (CPES) propose en troisième et dernière année une spécialisation en sciences pour l'environnement dans le parcours Sciences.

Les étudiants des grandes écoles attendent des actes des entreprises face à l'urgence climatique

Objectif : former tous les étudiants des ENS aux transitions

"Nous avons aussi le projet de former l’ensemble des étudiants aux transitions sociétales, numériques et environnementales", rappelle l’ENS Rennes. Les étudiants suivront des cours intégrant les questions de transition environnementale à leur cursus initial. Mais, "il faut trouver un équilibre, un étudiant en mathématiques ne se posera pas les mêmes questions concernant ces transitions qu’un étudiant en sciences du sport", précise l'établissement rennais.

La rentrée 2022 a été l'occasion pour plusieurs écoles Normale sup d'étoffer leur offre de formation en matière de transition écologique. À Lyon, tous les élèves de première année suivent, depuis septembre, obligatoirement quelques demi-journées de formation sur les problématiques écologiques. "Nous avons vu ces étudiants sortir d’école d’ingénieurs et s’interroger sur leurs ambitions vis-à-vis de la transition environnementale. Nous souhaitons que les étudiants puissent se saisir de ces questions tant qu’ils sont à l’école", ajoute Jean-Raynald de Dreuzy.

Il faut trouver un équilibre, un étudiant en mathématiques ne se posera pas les mêmes questions concernant ces transitions qu’un étudiant en sciences du sport. (J-R. de Dreuzy)

L’ENS Paris-Saclay a, quant à elle, créé une nouvelle unité d’enseignement transversale, ouverte à tous les élèves, et intitulée "Gouverner l’environnement, institutions et instruments". L’école propose de suivre un cycle de conférences sur les transitions écologiques, des projets interdisciplinaires sur ces problématiques et une participation à la Fresque du Climat.

Même type de projet à l’ENS-PSL, qui a proposé à la rentrée des conférences en lien avec une thématique environnementale. L’accès à des semaines thématiques interdisciplinaires "PSL Weeks" permet aussi aux étudiants d’approfondir leurs connaissances.

Et dans l’ensemble des écoles normales supérieures, les enseignants encouragent les projets de recherche interdisciplinaires sur les transitions écologiques, tout comme les actions associatives des étudiants.


Juliette Chaignon | Publié le