L'université du Mans mise sur la formation initiale

Sabrina Dourlens
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Au Mans, un petit groupe de professeurs a lancé les formations à distance par Internet et convaincu les collègues d’y contribuer. Aujourd’hui, une trentaine de diplômes sont mis en ligne du niveau licence à master, en passant par le DU, et ce, en lettres, sciences humaines et sciences dures. Mais ils n’auraient jamais pu le concrétiser sans l’appui du service TICE, qui a assuré l’ingénierie du dispositif, de la conception à la mise en ligne. L’université compte six cents étudiants à distance sur huit mille. Très peu proviennent de la formation continue car les diplômes délivrés, plutôt généralistes, n’intéressent pas vraiment les entreprises : licence et master de chimie, licence de physique, bientôt suivie d’un master, master de sciences et technologies mention génie informatique, licence mention FLE, master SHS mention géographie... « Le public est donc composé d’étudiants vivant aux quatre coins de la France ou à l’étranger, qui recherchent avant tout de la flexibilité géographique », indique Nicolas Postec, responsable du pôle ressources numériques et expert à la SDTICE. Il n’y a pas plus de trois regroupements par an ; ainsi, le tutorat, le suivi des enseignants et les forums de discussion sont essentiels à la réussite de la formation. Paradoxalement, les étudiants à distance bénéficient d’un meilleur suivi, notamment lors de la rédaction d’un mémoire ou d’un TD de chimie où ils reçoivent une correction personnalisée. 

L’e-learning a changé les perspectives de l’université : « Il nous apporte la notoriété que notre petite taille ne peut nous donner. Certains de nos diplômes en ligne, comme le master littérature jeunesse, sont pointus et reconnus à l’international », s’enthousiasme Nicolas Postec. Il a dynamisé l’équipe pédagogique et compensé la baisse des effectifs. Mais ne coûtant aux étudiants que 100 € de frais d’inscription supplémentaires, il rapporte moins que lorsqu’il cible la formation continue. Ainsi, l’aventure n’aurait pas été possible sans le soutien financier de la région Pays de la Loire (2).

(2) Près de 50 % du budget e-learning. En 2007, la région a fait un appel à projets de 400 000 €, répartis sur plusieurs établissements (domaine dans lequel l’université du Mans est leader dans la région...).


Sabrina Dourlens | Publié le