La libre circulation du savoir, dans la lignée du MIT

Sabrina Dourlens
Publié le
Envoyer cet article à un ami

En 2001, le MIT (Massachusetts Institute of Technology) lance l’Open Course Ware . En mettant gratuitement tous les cours en ligne, les connaissances en informatique, physique ou mathématiques font le tour du monde. En France, le PRES ParisTech a donné naissance en 2006 à « Libres savoirs » , un espace où l’internaute a un accès libre aux enseignements des écoles du réseau. Mais, plus généralement, la libre circulation et le partage des connaissances posent problème aux professeurs, attachés à la protection afférente aux droits d’auteur. Ainsi, les espaces de cours en ligne proposés par les établissements ressemblent plus à des intranets qu’à des campus virtuels. « Les scientifiques sont moins réticents car habitués au partage des connaissances, alors que les juristes et économistes vendent leur savoir dans des ouvrages, déduit Gilbert Touzot, directeur d’UNIT (Université numérique ingénierie et technologie). Le libre-savoir est pourtant notre mission, en tant que service public, et montrer ce que l’on fait est un bon moyen de rester le premier. »


Sabrina Dourlens | Publié le