Retraction Watch, le site qui traque les articles scientifiques retirés

Martin Clavey
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le blog Retraction Watch recense près de 500 articles par an publiés par des revues scientifiques puis retirés pour cause d’erreurs. Adam Marcus, l’un des fondateurs du site, explique pourquoi le nombre d’articles retirés explose.

Andrew Marcus, fondateur de Retraction WatchIl y a cinq ans, quand vous avez lancé Retraction Watch, quel était votre but ?

On ne savait pas vraiment. On supposait que ce serait une forme de journalisme scientifique, ce qui s'est d'ailleurs avéré être le cas mais nous n'imaginions pas l'intérêt que cela susciterait. Nous pensions que le projet intéresserait mais de façon assez limitée, et nous avons au moins eu la chance de répondre à un besoin de la communauté scientifique.

Quelles sont les conséquences d'un retrait d'articles ?

S'il provient d'une erreur honnête, le retrait d'articles correspond finalement au fonctionnement normal de la science. Les chercheurs qui ont retiré des articles pour des erreurs honnêtes ont alors reçu des preuves de confiance de la part de leurs collègues, qui veulent les croire et sauver ainsi les futures recherches. Dans ce cas, c'est évidemment une bonne chose.

Si un retrait révèle une fraude, cela peut être très utile. Mais on voit aussi des chercheurs qui commettent des fraudes et qui ne sont pas du tout coopératifs. Et ça, c'est une forme de retrait qui n'aide pas du tout et qui peut amener les autres chercheurs à perdre un temps fou et de l'argent en procès et en révélation de recherches erronées. C'est donc important que les revues, quand elles font ce genre de retrait ou si elles soupçonnent une faute, traitent la chose le plus rapidement et avec le plus de transparence possible. Malheureusement, la transparence n'est ou n'était pas la norme dans laquelle les éditeurs ont eu l'habitude de gérer ces cas. Nous pensons qu'en parler permet de changer cette façon de faire.

Quelles sont les principales causes de retrait d'articles ?

Encore récemment, les gens pensaient que le retrait d'articles survenait le plus souvent à cause d'erreurs honnêtes. Mais les données étaient incomplètes. Grâce à notre travail et aussi à d'autres, nous savons maintenant que la plupart des retraits sont dus à de fausses preuves, du plagiat, de la fabrication de données, de la fraude. Dans deux tiers ou trois quarts des cas, le retrait est dû, en fait, à la fraude scientifique.


Dans deux tiers ou trois quarts des cas, le retrait est dû, en fait, à la fraude scientifique.

Le nombre de retraits d'articles augmente-t-il ?

C'est incontestable. Nous comptons maintenant environ 400 à 500 retraits par an. Et cela représente une augmentation réelle, même par rapport au nombre d'articles publiés. Cela doit être lié au fait qu'il y a plus de paires d'yeux qui lisent les papiers. Donc les gens ont plus de chances de trouver des problèmes, des erreurs, ce genre de choses. Peut-être aussi qu'il y a plus de gens qui font de mauvaises choses mais nous ne le savons pas vraiment.

Vous avez reçu une bourse pour faire de votre blog une base de données. Qu'est-ce que cela va changer ?

Nous espérons vraiment que cela aidera à mieux comprendre pourquoi les revues scientifiques et les auteurs retirent des articles. Cela sera un moyen de prévenir la citation inappropriée d'articles déjà retirés.

Sur votre blog, vous parlez plus de biologie que de physique, d'informatique ou de sciences humaines. La base de données couvrira-t-elle toutes les sciences ?

Oui. Nous publions déjà des billets dans de nombreuses disciplines. En fait, nous ne choisissons pas, nous publions tout ce qui concerne le retrait d'articles.

Retraction Watch
Le blog d'Adam Marcus et Ivan Oransky recense depuis 5 ans les articles scientifiques publiés puis retirés par les auteurs eux-mêmes ou par la revue qui les a publiés. C'est sur ce blog que bien des chercheurs ont découvert, par exemple, les récentes révélations sur les publications d'Olivier Voinnet ou le canular dénonçant le manque de sérieux de la revue "Sociétés" dirigée par Michel Maffesoli. Retraction Watch vient de recevoir une subvention de 400.000 $ pour faire de ce blog une base de données de retraits d'articles.

Martin Clavey | Publié le