Newsletter

Unishared : l’ESCP Europe mise sur la prise de notes collaborative

Olivier Monod
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Clément Delangue, créateur d'Unishared - DR
Clément Delangue, créateur d'Unishared - DR

L’ESCP Europe est le premier établissement à signer un partenariat avec Unishared, un outil de prise de notes collaborative développé par l’un de ses jeunes diplômés.

«C'est le refus de la passivité et l'envie d'apprendre autrement qui a présidé à la fondation de Unishared.» François Fourcade, professeur à l’ESCP Europe, est enthousiaste. Un de ses anciens élèves, Clément Delangue, a créé un outil de prise de notes collaborative, Unishared. La jeune société vient d’être admise à Imagine K12, l’incubateur d’entreprise spécialisé dans les innovations pédagogiques de la Silicon Valley, et l’ESCP Europe est le premier établissement à signer un partenariat avec elle.

Les cours utilisant cette technologie ont commencé début 2013 à l’école de management. «Unishared permet à plusieurs étudiants de prendre des notes simultanément sur le même document», explique Clément Delangue. Reposant sur la technologie du «google doc», le système est facile d’accès et ouvert à tous.

Une plate-forme disponible gratuitement sur Internet


D’autres étudiants utilisent cette plate-forme disponible gratuitement via le site Internet, à titre individuel. C’est le cas de Lily, étudiante à l’IAE de Lille, qui s’en sert depuis quelques mois avec ses camarades de promotion, sans que tous ses professeurs ne soient au courant. «Chacun a un rôle défini, certains prennent des notes, d’autres mettent en page et d’autres encore vont chercher des liens pertinents sur Internet, témoigne la jeune fille. Cela nous permet une meilleure prise de notes et plus de collaboration entre étudiants. Ce serait vraiment bien d’avoir aussi des interactions avec les professeurs.»

Si Unishared permet de mettre en lien les étudiants, l’outil est également très utile pour les professeurs, selon François Fourcade. «Depuis cinq ans, nous constatons le manque d'interaction entre la classe et les professeurs, relève le directeur scientifique du Centre d’innovation et de recherche pédagogique de Paris. Unishared nous permet de comprendre à quel moment les étudiants prennent en notes certains éléments du cours. Ensuite se créent des échanges autour de ces prises de notes et, finalement, on finit par créer une seconde vie dans la classe. Cela multiplie les occasions d'apprendre plus et mieux.»

Cerise sur le gâteau : Unishared permet également d’ouvrir son cours à des extérieurs. Des personnes absentes peuvent tout de même collaborer. Et les cours pris en notes sont tous conservés, créant ainsi une réelle bibliothèque numérique de cours.


Olivier Monod | Publié le

Vos commentaires (6)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Pascal.

Ces technos sont très intéressantes mais elles sont à utiliser avec de très grandes précautions. L'affaire Snowden nous montre l'espionnage massif américain en action en s'appuyant sur ces 9 grandes sociétés: microsoft, skype, facebook, google, etc..... Il n'est pas très compliqué de comprendre que la chasse au terrorisme est prétexte à un vaste espionnage économique. Grandes écoles et universités sont évidemment sur écoute.Tant que nous serons dans ce système économique neoliberale, il nous faut développer des outils sûrs. A noter qu'une économie de partage nous libérerait de l'espionnage industriel, car il deviendrait inutile. L’économie de partage s'imposera car bien plus efficace qu'une économie de type neoliberale pour le développement de notre espèce.

Loïc.

Désolé pour le post multiple (si un modérateur pouvait les effacer pour n'en laisser qu'un), j'ai eu un pb avec l'affichage du site... :-(

Loïc.

Bonsoir, J"ai beau faire, je n'arrive tjs pas à percevoir la valeur ajoutée de UniShared par rapport à Google Docs (enfin, Drive maintenant). Quel est l'intérêt pour un établissement de payer pour ce service alors que ses étudiants peuvent prendre leurs cours de manière collaborative via Gdrive? La visibilité ? L'ouverture globale ? En quoi Gdrive ne permettrait-il pas cette ouverture ??? J'aimerais sincèrement comprendre :-)

Loïc.

Bonsoir, J"ai beau faire, je n'arrive tjs pas à percevoir la valeur ajoutée de UniShared par rapport à Google Docs (enfin, Drive maintenant). Quel est l'intérêt pour un établissement de payer pour ce service alors que ses étudiants peuvent prendre leurs cours de manière collaborative via Gdrive? La visibilité ? L'ouverture globale ? En quoi Gdrive ne permettrait-il pas cette ouverture ??? J'aimerais sincèrement comprendre :-)

Loïc.

Bonsoir, J"ai beau faire, je n'arrive tjs pas à percevoir la valeur ajoutée de UniShared par rapport à Google Docs (enfin, Drive maintenant). Quel est l'intérêt pour un établissement de payer pour ce service alors que ses étudiants peuvent prendre leurs cours de manière collaborative via Gdrive? La visibilité ? L'ouverture globale ? En quoi Gdrive ne permettrait-il pas cette ouverture ??? J'aimerais sincèrement comprendre :-)

Cyber Prof.

Cher ami Loïc, tu as tout compris. L'État gaspille son budget sur des doublons ou sur des pédagogies prétendument innovantes alors qu'elles sont totalement has been car toujours basées sur cette archaïque salle de classe avec un orateur et un public qui perd son temps à prendre des notes alors que l'étudiant pourrait lire et synthétiser à domicile des cours pdf en fiches de révisions, en cartes mentales (mind mapping), en inventaire non pas de sa DVDthèque mais de ses erreurs commises aux exercices ou de ses représentations erronées d'un phénomène, avec des applications appropriées qu'on trouve sur l'Apple Store pour 5-6 euros. Seules les classes de TP ont encore un intérêt dans le bâti scolaire et universitaire. L'étudiant pourra même poser des questions sur une plateforme de soutien en ligne.

Voir plus de commentaires