Alcatel et Safran : conseiller les jeunes dans leur orientation

Sarah Masson
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Edition 2013 de la campagne Handivalides ©Nicolas Darphin
Edition 2013 de la campagne Handivalides ©Nicolas Darphin
La 9e campagne Handivalides s'ouvre le 6 février 2014. Initiée par l'association Starting-Block, elle implique les universités et les grandes écoles en organisant, jusqu'à fin avril, 20 journées de sensibilisation et de mobilisation. Alors que l'insertion professionnelle des jeunes handicapés reste un enjeu majeur aujourd'hui, certaines entreprises ont mis en place des actions en partenariat avec des établissements d'enseignement supérieur. EducPros passe en revue quelques dispositifs intéressants.

À l’origine de l’association @talentegal, une hypothèse : s’il y a peu d’étudiants handicapés qualifiés, c’est peut-être parce qu’ils sont mal orientés ou mal conseillés au cours de leur parcours scolaire.

Association créée par Alcatel Lucent en partenariat avec six établissements supérieurs (l’INSA Rennes, l’ISEP et Télécom Bretagne, l’IUT de Vélizy, Rouen Business School et le Centre de réadaptation de Mulhouse), le dispositif @talentegal a pour ambition d’accompagner les jeunes en situation de handicap vers des diplômes de bac+2 à bac+4/5 dans un domaine technologique jusqu’à leur premier emploi.

De la troisième à la terminale, l’association intervient dans les établissements pour inciter ces élèves à rejoindre une école partenaire. Les étudiants qui intègrent le programme bénéficient ensuite d’un encadrement complet. Ainsi, pendant leurs études, ils ont l’opportunité de rencontrer un responsable des ressources humaines pour simuler un entretien, refaire leur CV ou les guider dans leur recherche de stage. Enfin, @talentegal a ouvert une plate-forme de e-learning.

En mai dernier, Safran a rejoint l’association : "Un jeune qui suit le programme bénéficie d’un suivi particulier, explique Julie Courtemanche, chargée de mission handicap. Par exemple, lorsqu’il arrive au terme de son contrat d’alternance, on ne le lâche pas dans la nature. S’il veut continuer ses études, on lui propose d’autres postes en alternance. S’il veut travailler, il y a des possibilités d’embauches chez Safran ou ailleurs."

Depuis son lancement en 2010, 36 étudiants ont déjà participé au programme, dont 29 qui le suivent encore en 2014.


Sarah Masson | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires